La grande énigme des FDLR (= Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda)

PP2013

Mwalimu MUREME Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Centriste Gitériste-Kayibandiste, Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »

Cet article a pour but de déchiffrer la grande énigme des FDLR (= Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda). Il s’agit d’un audit politico-militaire des FDLR, visant à formuler finalement, à l’intention de qui de droit, les recommandations pratiques qui s’imposent absolument. Ces recommandations pratiques devront tourner autour de quatre points, à savoir :

  • ·         La situation générale des FDLR
  • ·         Le vide institutionnel au sommet des FDLR
  • ·         La psychose collective du retour au pouvoir de l’armée mono régionale Kiga (= Akazu)
  • ·         La dé-kazuisation et la nationalisation des FDLR

Il importe surtout d’expliquer la psychose collective du retour au pouvoir de l’armée mono régionale Kiga (= Akazu). Cela va sans dire qu’il faut préalablement traiter ce thème sous tous ses aspects, à savoir : 

  • ·         Les principes fondamentaux des forces démocratiques de libération du Rwanda (= FDLR)
  • ·         Les origines des FDLR
  • ·         Les FDLR au sein de l’ADRN-Igihango
  • ·         Les accords de Rome par l’intermédiation de la communauté de Sant’ Egidio
  • ·         Le deuxième éclatement des FDLR et la ruine totale des FDLR-FOCA (= faction Akazu)
  • ·         L’affaire Amani Mahoro et la création des FDLR-CMC
  • ·         Structure des FDLR
  • ·         Et considérations générales sur les FDLR

Pour ce faire, il a été nécessaire de pratiquer une observation directe et une observation indirecte. Cela veut dire qu’on a exploité tous les documents utiles disponibles et interrogé toutes les personnes très connaisseuses. Toutes les personnes interrogées ont requis l’anonymat. Enfin, il sied de préciser que toutes les informations confidentielles enregistrées ont été collectées dans un but purement scientifique.

Continuer la lecture de La grande énigme des FDLR (= Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda)

Dénombrement et adjectifs numéraux cardinaux rwandais

En matière de dénombrement, les Rwandais savaient compter au maximum jusqu’à cent milliards comme suit :

1 = limwe (un)

10 = icumi (dix)

100 = ijana (cent)

1 000 = igihumbi (mille)

10 000 = agakwavu (dix milles)

100 000 = urukwavu (cent milles)

1 000 000 = agahumbagiza (un million)

10 000 000 = agapyisi (dix millions)

100 000 000 = impyisi (cent millions)

1 000 000 000 = Igihumbagiza (un milliard)

10 000 000 000 = akazovu (dix milliards)

100 000 000 000 = inzovu (cent milliards)

Nota bene : Ceci est une actualisation des chiffres de Mgr Alexis Kagame se rapportant au Rwanda ancien. Entre-temps la société rwandaise s’est beaucoup transformée. Il fallait en tenir compte aujourd’hui. Ceux-là sont donc les chiffres de Mureme Kubwimana (= imibare y’ubu). Ils modifient ipso facto les chiffres d’Alexis Kagame (= imibare ya kera).  

De là découlent les qualificatifs Kinyarwanda suivants :

Umukene nyakujya = un homme vivant dans la pauvreté absolue

Umukene = un homme désargenté (Nota bene : umutindi veut plutôt dire un homme foncièrement malhonnête. Même un financier peut être umutindi. Ça n’a rien à voir avec l’avoir) 

Segakwavu = un homme à bas revenu

Serukwavu = un homme à moyen revenu

Segapyisi = un décimillionnaire

Sempyisi  = un multimillionnaire

Sekazovu = un décimilliardaire

Senzovu = un multimilliardaire

Cela est quand même différent des noms de personnes suivants qui sont ambigus :

Gakwavu = petit lapin (allusion à)

Rukwavu = lapin (allusion à)

Gapfisi = petite hyène (allusion à)

Mpysi = hyène (allusion à)

Kazovu = petit éléphant (allusion à)

Nzovu  = éléphant (allusion à)

Ceux-ci sont des noms qui font, soit allusion au lapin, à l’hyène ou à l’éléphant, soit à une richesse abondante. Il appartient donc au porteur du nom de clarifier l’énigme. Le mieux serait donc d’être clair et net et de mettre le préfixe « Se » quand on fait allusion à une richesse abondante. Ici, le nom n’est qu’un vœu.  

Fait à Paris, le 27 février 2014

Mwalimu MUREME Kubwimana,                                                                                               Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais,                                                  Centriste Gitériste-Kayibandiste,                                                                                         Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »

 

 

 

Dénombrement et adjectifs numéraux cardinaux rwandais

En matière de dénombrement, les Rwandais savaient compter au maximum jusqu’à cent mille milliards comme suit :

1 = limwe (un)

10 = icumi (dix)

100 = ijana (cent)

1 000 = igihumbi (mille)

10 000 = agakwavu (dix milles)

100 000 = urukwavu (cent milles)

1 000 000 = agahumbagiza (un million)

10 000 000 = agapyisi (dix millions)

100 000 000 = impyisi (cent millions)

1 000 000 000 = Igihumbagiza (un milliard)

10 000 000 000 = akazovu (dix milliards)

100 000 000 000 = inzovu (cent milliards)

Nota bene : Ceci est une actualisation des chiffres de Mgr Alexis Kagame se rapportant au Rwanda ancien. Entre-temps la société rwandaise s’est beaucoup transformée. Il fallait en tenir compte aujourd’hui. Ceux-là sont donc les chiffres de Mureme Kubwimana (= imibare y’ubu). Ils modifient ipso facto les chiffres d’Alexis Kagame (= imibare ya kera).  

De là découlent les qualificatifs Kinyarwanda suivants :

Umukene nyakujya = un homme vivant dans la pauvreté absolue

Umukene = un homme désargenté (Nota bene : umutindi veut plutôt dire un homme foncièrement malhonnête. Même un financier peut être umutindi. Ça n’a rien à voir avec l’avoir) 

Segakwavu = un homme à bas revenu

Serukwavu = un homme à moyen revenu

Segapyisi = un décimillionnaire

Sempyisi  = un multimillionnaire

Sekazovu = un décimilliardaire

Senzovu = un multimilliardaire

Cela est quand même différent des noms de personnes suivants qui sont ambigus :

Gakwavu = petit lapin (allusion à)

Rukwavu = lapin (allusion à)

Gapfisi = petite hyène (allusion à)

Mpysi = hyène (allusion à)

Kazovu = petit éléphant (allusion à)

Nzovu  = éléphant (allusion à)

Ceux-ci sont des noms qui font, soit allusion au lapin, à l’hyène ou à l’éléphant, soit à une richesse abondante. Il appartient donc au porteur du nom de clarifier l’énigme. Le mieux serait donc d’être clair et net et de mettre le préfixe « Se » quand on fait allusion à une richesse abondante. Ici, le nom n’est qu’un vœu.  

Fait à Paris, le 27 février 2014

Mwalimu MUREME Kubwimana,                                                                                               Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais,                                                  Centriste Gitériste-Kayibandiste,                                                                                         Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »

 

 

 

La pendaison de Rukara fils de Bishingwe

PP2013

Mwalimu MUREME Kubwimana,                                                                                                      Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais,                                                              Centriste Gitériste-Kayibandiste,                                                                                                  Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »

Les faits concernant le mouvement « insurrectionnel » ou « révolutionnaire » Ndungutse – Rukara – Basebya de 1912 et sa répression ont été bien décrits par le R.P. Delmas, père blanc de la mission de Rwaza en 1912. Il s’agit du texte publié dans le rapport annuel des missionnaires d’Afrique, n° 7 (1911-1912), mission de Rwaza, pp. 411 – 413. Son auteur, le père Delmas, se trouvait à Rwaza, « au milieu des révolutionnaires ». Il a écrit directement après les évènements, puisque le texte a été publié dans le rapport annuel 1911-1912 qui a été clôturé en principe au mois de juillet 1912. Au fait, ce document a le mérite de décrire la situation encore chaude, de ne pas emprunter beaucoup aux souvenirs et surtout de montrer une des perceptions de ce mouvement par un homme de l’époque qui était opposé « aux révolutionnaires » et qui de surcroit était très bien informé. C’est du moins l’avis général des historiens rwandais, y compris Ferdinand Nahimana. On va donc l’emprunter.

Continuer la lecture de La pendaison de Rukara fils de Bishingwe

Biographie des autres hommes politiques ou sociaux rwandais

Il est demandé aux personnes compétentes de bonne volonté de bien vouloir apporter la biographie complète respective et offrir le portrait respectif de l’un ou l’autre homme politique ou social rwandais parmi les personnages suivants : Frédéric Nzamurambaho, Félicien Ngango, Théoneste Gafaranga, Donat Murego, Charles Kayiranga, Emile Nyungura, Antoinette Icyimanizanye, Faustin Rucogoza, Augustin Maharangali, Donatien Rugema, Narcisse Munyambaraga, André Kameya, Charles Mulindahabi, Venant Nshimiyimana, Justin Niyongira, Primien Nyemazi, Abdallah Munyemana, Antoine Twagirayezu, Alexis Ngabonziza, Onésime Rumenerangabo, Egide Bizimana, Augustin Kubwayo, Ignace Munyeshuli, Alexis Rutabana, Octavien Bishokaninkindi, Juvénal Ntaganzwa Nyiramasaka, Célestin Nsabimana, Alphonse Rutsindura, Damien Mbonyumuhungu, Ignace Ruhatana, Eugène Biroli, François Macumu, Eugène Rwamucyo Ruterabaduga, François Munyarukiko, Innocent Nsanzurwimo, Théoneste Karemera, Claudien Gatali, Paul Gakuba, Callixte Kamugunga, Camille Mbonyubwabo, Etienne Mbarutso, Boniface Gasangwa, Alexandre Kambanda, etc.

Faire une biographie complète d’un personnage, c’est traiter de sa formation, de sa vie, de ses idées, de son œuvre et de son importance dans la vie politique et sociale nationale. Toute information qui ne concerne pas directement le personnage est à écarter. Pour ce faire, pour de plus amples détails, prière de bien vouloir se référer au travail pratique N° 02 au Manuel d’Histoire du Rwanda à l’époque coloniale de Bonaventure Mureme Kubwimana, L’Harmattan, Paris, 2010, page 198.

Droit de réponse à Lancetre Mugasa

En réponse aux écrits repris ci-bas du 01 décembre 2013 et du 02 décembre 2013 de Lancetre Mugasa, sur le forum DHR,

  • ·         Après ré-investigation approfondie,
  • ·         Après vérification minutieuse,
  • ·         Après interrogation directe par téléphone ou entre quatre yeux d’un échantillon représentatif d’officiers supérieurs rwandais ex-FAR, -de partout au Rwanda-, muni d’un questionnaire et de mon enregistreur de travail au vu et au su des enquêtés,
  • ·         Après exploitation de l’ouvrage du général de brigade Léonidas Rusatira [Rusatira Léonidas, Rwanda, le Droit à l’espoir, l’Harmattan, Paris, 2007] et son interrogation indirecte,
  • ·         Après récolement, traitement et analyse des informations,

Il est impérieux d’infirmer les écrits fallacieux de Lancetre Mugasa et de confirmer dans leur totalité les résultats de mes travaux de recherche dûment publiés au « Manuel d’Histoire politique et sociale du Rwanda contemporain, Tome 1 et Tome 2 ».

Cependant, pour des raisons personnelles, j’ai décidé de publier sur notre propre site, fin février prochain, une contre-attaque historique appropriée. Cela sera fait dans le cadre légitime de l’exercice de mon droit de réponse.

Continuer la lecture de Droit de réponse à Lancetre Mugasa