Défense d’« Inganji Kalinga » : rejet catégorique des critiques non sensées à l’endroit de Mgr Alexis Kagame Se-Mateka contenues dans l’ouvrage intitulé « Une Archéologie de la violence en Afrique des grands lacs » de Maniragaba Balibutsa

PP 26072014

Mwalimu MUREME Kubwimana,                                                                                                    Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais,                                                               Centriste Gitériste-Kayibandiste,                                                                                                     Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »                                                                  

Pour commander ses livres : utiliser le formulaire de contact du site web http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/   

A. Introduction

Dans son livre intitulé « Une Archéologie de la violence en Afrique des grands lacs », paru en  1999 à Libreville, aux éditions « CICIBA », Maniragaba Balibutsa attaque Mgr Alexis Kagame Se-Mateka. Il lui reproche d’avoir détruit le mythe fondateur de la conscience nationale, de l’unité ou de l’identité ethnique rwandaise en osant publier, en 1943, un ouvrage intitulé « Inganji Kalinga ». D’emblée, il est à faire remarquer qu’après la prise du pouvoir au Rwanda par le Front Patriotique Rwandais (FPR), en 1994, les colonialistes Belges Jan Vansina, Marcel D’Hertefelt et Machin Chouette ont changé leur fusil d’épaule. Ils ont mieux ajusté le modèle colonial belge au modèle Siyasa vainqueur. L’ouvrage en question de Maniragaba Balibutsa, qui est leur épigone, s’inscrit bien sûr dans cette lignée.

Continuer la lecture de Défense d’« Inganji Kalinga » : rejet catégorique des critiques non sensées à l’endroit de Mgr Alexis Kagame Se-Mateka contenues dans l’ouvrage intitulé « Une Archéologie de la violence en Afrique des grands lacs » de Maniragaba Balibutsa

La réputation de Mgr Alexis Kagame Se-Mateka défie la calomnie : défaire l’article de Faustin Kabanza intitulé « Les Rwandais et leurs origines ethnisées » et défendre « Inganji Kalinga ».

PP 26072014

Mwalimu MUREME Kubwimana,                                                                                                     Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais,                                                               Centriste Gitériste-Kayibandiste,                                                                                                  Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »                                                                  

Pour commander ses livres : utiliser le formulaire de contact du site web http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/   

A. Introduction

On a lu sur Internet au site web http://www.africultures.com/php/?nav=article&no=11664 un article de Faustin Kabanza, daté du 15 juillet 2013, intitulé «Les Rwandais et leurs origines ethnisées » et salissant Mgr Alexis Kagame Se-Mateka. Il s’agit d’un article s’inscrivant dans la lignée des thèses néocolonialistes belges de Jan Vansina, Marcel D’Hertefelt, Maniragaba Balibutsa et Machin Chouette. Et qui pis est, cet article archifaux est basé sur une très fausse traduction de l’ouvrage de Mgr Alexis Kagame Se-Mateka intitulé « Inganji Kalinga », paru en 1943, réédité en français par son auteur en 1972 sous le titre de « Un abrégé de l’Ethnohistoire du Rwanda » et perfectionné par Mwalimu Mureme Kubwimana en 2010 sous le titre de « Manuel d’Histoire du Rwanda ancien suivant le modèle Mgr Alexis Kagame ». Faustin Kabanza ignore évidemment tout cela. Comme si cela ne suffisait pas, l’article a été repris par son auteur en date du 20 juillet 2014 au site web http://www.vepelex.org/#!LES-RWANDAIS-ET-LEURS-ORIGINES-ETHNISES-/c1svv/4317E4A1-7DB9-4EF2-B966-86D1DF6465F5

Continuer la lecture de La réputation de Mgr Alexis Kagame Se-Mateka défie la calomnie : défaire l’article de Faustin Kabanza intitulé « Les Rwandais et leurs origines ethnisées » et défendre « Inganji Kalinga ».

Le montage grossier et l’amalgamation du Habyalimaniste Zédoc Bigega intitulé « Rwanda : Le parti au pouvoir joue à fond la carte régionaliste ».

PP 26072014

Mwalimu Mureme Kubwimana,                                                                                                      Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais,                                                               Centriste Gitériste-Kayibandiste,                                                                                                        Promoteur scientifique et coordonnateur général                                                                                       du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais (= M.C.R.)                                                              

Pour commander ses livres : utiliser le formulaire de contact du site web http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/

A. Introduction

On a été sidéré par l’article du Habyalimaniste Zédoc Bigega intitulé : http://www.musabyimana.net/lire/article/rwanda-face-au-risque-dune-opposition-unie-le-parti-au-pouvoir-joue-a-fond-la-carte-regionaliste/index.html . Cet article a été publié au site web habyalimaniste de Gaspard Musabyimana. Le manipulateur Zédoc Bigega est entrain d’agresser les organisateurs de la journée, – du 16.08.2014-, commémorative de l’extermination des politiques, des officiers, des journalistes et des prisonniers de droit commun Banyenduga par Juvénal Habyalimana Rutemayeze et ses comparses. Il va même jusqu’à les dévaloriser et à les présenter comme de vraies marionnettes du FPR. Le présent article a pour but de disloquer cette fichue machine de propagande de l’Akazu à usage extérieur. Il a également pour but d’établir le bien fondé de cette journée commémorative du 16 août 2014 et d’incriminer l’article en question, en lui imputant plusieurs sortes de manipulations destinées à manipuler l’opinion publique. Il importe de réfuter le montage grossier et l’amalgamation de ce bandit Habyalimaniste masqué qui n’a même pas le courage de ses opinions. Le citoyen est un homme libre. 

Continuer la lecture de Le montage grossier et l’amalgamation du Habyalimaniste Zédoc Bigega intitulé « Rwanda : Le parti au pouvoir joue à fond la carte régionaliste ».

Communiqué de presse : première convention en la mémoire des victimes du putsch du 5 juillet 1973 au Rwanda. Date : 16 août 2014. Lieu : Bruxelles

En mémoire des victimes du putsch du 5 Juillet 1973

  • Les familles des victimes du putsch militaire du 5 juillet 1973 au Rwanda commémorent leurs maris, parents ou grands-parents torturés et sauvagement assassinés par la junte installée au pouvoir.
  • Toutes les familles n’ont pu exercer leur droit de deuil et, pour la plupart, elles ignorent même ce qu’il est advenu des corps des disparus. Elles n’ont jamais eu l’occasion, ni la possibilité de dire adieu aux leurs, ni de les accompagner à leur dernière demeure.

Célébration religieuse de requiem

Les familles dont les maris, parents ou grands-parents ont été arrêtés après le coup d’État du 5 juillet 1973 ont été de fait contraintes d’abandonner leurs droits et devoirs de partager les derniers moments de leurs disparus et d’effectuer le moindre rituel de deuil. Cette cérémonie religieuse est l’occasion de leur dire adieu et de leur souhaiter une paix éternelle.

Droit de deuil

Après 41 ans de peine durant lesquels, pour une grande partie, il a été pratiquement interdit de se souvenir des disparus, le moment est venu, pour ceux qui le peuvent, de mettre fin à cette torture psychologique. C’est aussi l’occasion de partager avec nos proches et amis, non seulement les douleurs et les peines mais aussi les espoirs et les souvenirs des nôtres. Le moment est privilégié pour proclamer notre éternelle gratitude à nos parents adoptifs ainsi qu’à tous ceux qui, en cette période trouble, ont eu la faculté de nous témoigner de leur empathie.

La vie et l’honneur de nos disparus

Plusieurs veuves et orphelins n’ont aucune idée des derniers moments de vie de leurs maris, parents et grands-parents et pour la plupart ils ignorent encore ce qu’il est advenu de leurs corps. Cette commémoration est le point de départ d’initiatives et de transmission mémorielle pour rendre à tous nos disparus l’honneur qu’ils méritent, pour faire connaître leur vie en particulier leurs derniers instants sur cette Terre et surtout pour leur offrir une sépulture digne.

Contacts:

Alphonse Munyandamutsa

+31 612720251

tsalmyd@yahoo.fr

Eugène Ndahayo

+33 676758434

ndahayo_eugene@yahoo.fr 

Anaclet Turatsinze

+33 651497549

aunomdemonpaternel@gmail.com

 A-3-ARTI-AVIS-04-COMMUNIQUE DE PRESSE-PREMIERE CONVENTION EN LA MEMOIRE DES VICTIMES DU PUTSCH DU 05.07.1973 AU RWANDA

 

Terminologie spéciale « Kinyarwanda » à usage majestueux

A. Introduction

Le présent article a pour but de passer en revue la terminologie spéciale « Kinyarwanda » à usage majestueux, en particulier au Rwanda ancien. Il s’agit ici de vocables pittoresques exclusivement réservés à la pratique du respect suprême qu’on doit au chef de l’état. Ce n’est pas la personne du chef de l’état qu’on respecte tant. Non. Normalement, le chef de l’état (= Umwami cyangwa Umukuru w’Igihugu) est le symbolisant de l’état-nation unitaire millénaire rwandais. C’est donc ce symbolisant qu’on se doit de tant respecter. En contrepartie, pour mériter tout cela, il est demandé au chef de l’état, ipso facto, de se décentrer, de ne pas être centré sur lui-même, de sortir de lui-même et d’être pleinement dans la société rwandaise. Il lui est demandé de s’engager à mort pour le développement de son pays. Il doit agir partout et en tout lieu par rapport aux intérêts suprêmes de la société rwandaise et non par rapport à ses intérêts personnels égoïstes. Pour sa part, la société rwandaise va prendre tous ses besoins fondamentaux matériels, économiques, financiers et autres en charge. Elle lui donne des avantages et des privilèges, de sorte qu’à aucun moment, il n’ait pas de problème de déplacement [= nicyo cyatumaga Umwami bamuremera. Ntiyarambagira mu Rwanda rwose n’amaguru ngo azabivemo. Buli musozi yageragaho baramuremeraga bakazakuranwa n’ab’ahandi], de logement, de nourriture, de frais d’éducation de ses enfants, d’habillement, de loisirs, etc. Bref, c’est un pacte social entre le chef de l’état et la société rwandaise. C’était cela le message de la Terminologie spéciale « Kinyarwanda » à usage majestueux. C’était très profond. Plaise au Ciel qu’il en soit ainsi au Rwanda contemporain !

Continuer la lecture de Terminologie spéciale « Kinyarwanda » à usage majestueux