Burundi : Communiqué du Gouvernement du Burundi suite aux dernières allégations de Monsieur Zeid Ra’ad al Hussein, Haut commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme

En savoir plus sur :

http://www.burundi.gov.bi/spip.php?article961

Burundi – ONU/HCDH : Lettre ouverte à Zeid Ra’ ad Al Hussein, haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme – 29.01.2016

MUREME Kubwimana,

Centre 119, 82, rue Jeanne d’Arc, 76 000 ROUEN / FRANCE

E-mail : mureme10@yahoo.com

Rouen, le 29 janvier 2016

Monsieur Zeid Ra’ ad Al Hussein,

Haut-commissaire des Nations unies aux Droits de l’Homme, Bureau du HCDH,

CH – 1211 GENÈVE 10 / SUISSE

Objet : Document boomerang de démasquage d’un imposteur, Zeid Ra’ad Al Hussein, HCDH

Monsieur le Haut-commissaire,

Par la présente, en riposte à vos déclarations sur le Burundi en date du 15 janvier 2016, je me dois de vous faire parvenir ci-joint le document boomerang de même qualité. Il s’intitule dûment « Document boomerang de démasquage d’un imposteur, en l’occurrence Zeid Ra’ad Al Hussein, haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme » : http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/burundi-onuhcdh-document-boomerang-de-demasquage-dun-imposteur-en-loccurrence-zeid-raad-al-hussein-haut-commissaire-des-nations-unies-aux-droits-de-l/

Mon intérêt à agir consiste dans mon profil de politologue rwandais consacré et engagé, grâce auquel profil je peux, d’une part, dénoncer vos déclarations sans faits établis, en analyser le contenu, les condamner scientifiquement et humanitairement, et vous blâmer pour votre manipulation de l’opinion publique internationale et d’autre part, fustiger votre demande non-fondée au gouvernement burundais d’autoriser des experts ‘’indépendants’’ à enquêter sur une fiction, -à l’instar des images truquées de l’escroc international belge Bernard Maingain-, « Les violations des droits humains ». En Droit international, il est légitime de riposter et de faire boomerang, et ainsi de suite.

Continuer la lecture de Burundi – ONU/HCDH : Lettre ouverte à Zeid Ra’ ad Al Hussein, haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme – 29.01.2016

France – Jeune Afrique : Un journal manipulateur, spécieux, insidieux, et fallacieux aux manières corrompues. Étude de cas : « Jeune Afrique » au sujet du Burundi

Par Mwalimu MUREME Kubwimana

Le présent article a pour but de réfuter le contenu manipulateur, spécieux, insidieux et fallacieux de l’article que le Journal Jeune Afrique a publié en date du 27 mars 2016 sur le Burundi, intitulé « Le Rwanda cherche à « exporter » le génocide, accuse le parti au pouvoir au Burundi », trouvable sous le lien suivant : http://www.jeuneafrique.com/313710/politique/le-rwanda-cherche-a-exporter-le-genocide-au-burundi/ .

Dans l’article en revue, il est écrit ceci entre le 7ème et la fin du 8ème paragraphe : « Le courant extrémiste Hutu du CNDD-FDD, – sous-entendu le courant génocidaire Hutu du CNDD-FDD-, a été marginalisé jusqu’au début de cette crise —. C’est clair qu’il est désormais aux commandes dans ce pays, a déclaré à l’AFP un diplomate en poste au Burundi, sous couvert d’anonymat.  ——- ». Il s’agit là d’un montage grossier.

D’abord, rien ne prouve que ce soit vraiment exact qu’un diplomate en poste au Burundi ait déclaré cela à l’Agence France Presse (= AFP) sous couvert d’anonymat. Ensuite, il ne suffit pas qu’un diplomate en poste au Burundi déclare quelque chose à l’AFP sous couvert d’anonymat pour que ce soit d’office vrai. Enfin, quel intérêt à agir aurait-il, un vrai diplomate digne de l’être, par des moyens pareils ? Bref, on n’y croit pas du tout ! Donc, toute la charge de cette déclaration absolument fausse en retombe en général sur l’AFP et en particulier sur « Jeune Afrique ». Au fait, il s’agit d’une manipulation politique de l’opinion publique internationale. Et c’est absolument inadmissible.

Continuer la lecture de France – Jeune Afrique : Un journal manipulateur, spécieux, insidieux, et fallacieux aux manières corrompues. Étude de cas : « Jeune Afrique » au sujet du Burundi

Les niveaux de l’organisation socio familiale rwandaise : qu’est-ce qui va ? Qu’est-ce qui ne va pas ?

PP2013

Mwalimu Mureme Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Centriste Gitériste-Kayibandiste, Promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais (= M.C.R.)                                                              

Pour commander ses livres : utiliser le formulaire de contact du site web http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/

A. Introduction

Cet article a pour but d’évaluer les niveaux de l’organisation socio-familiale rwandaise au Rwanda contemporain. Ont-ils été endommagés par l’interaction très destructrice du colonisateur économique et politique (= le colonisateur belge) et du colonisateur culturel (= les Églises chrétiennes) ? Oui ou non ! Sinon, pourquoi et comment ? Autrement dit, comment alors transformer cette situation désagréable en défi, voire même en une réconciliation solide entre croyances politiques, religieuses et culturelles divergentes ? Au fait, l’examen des niveaux de l’organisation socio-familiale rwandaise et des arbres généalogiques respectifs de quelques gouvernants rwandais prouvent que les problèmes, ce ne sont ni les gens, ni les arbres généalogiques, ni les croyances, ni les régions administratives, ni les niveaux de l’organisation socio familiale rwandaise, ni les sous-populations statistiques  (= Amôko) : Hutu, Tutsi, Twa. Plus particulièrement, depuis le coup d’état injustifié du 05 juillet 1973, le Rwanda se trouve plutôt dans une situation militaire totalitaire générée par la colonisation belge et partant, dans un engrenage de malheurs. L’âme du chaos rwandais contemporain est militaire [= Akajagali kose kali mu Rwanda karaterwa n’abasilikare]. Par ailleurs, l’étude de la Sociopathie post coloniale belge démontre que malgré l’obscurantisme colonial chrétien catholique vaticano-belge (= le catéchisme colonial) et la dévalorisation de la femme rwandaise, on a au Rwanda contemporain une lente et progressive revalorisation de la femme rwandaise allant de pair avec des responsabilités subséquentes (= zijyana nabyo).

Continuer la lecture de Les niveaux de l’organisation socio familiale rwandaise : qu’est-ce qui va ? Qu’est-ce qui ne va pas ?

Politisation, anarchie, banditisme, brigandage humanitariste et dangerosité des organisations non gouvernementales (ONG) pan-hima-tutsites d’obédience néo-colonialiste belge. L’État burundais est bien fondé à les radier. Ce sont des tumeurs sociétales cancéreuses. Ce n’est pas de l’Humanitaire, c’est de l’Humanitarisme. Est-ce que l’immunité humanitaire ou journalistique existe ? [= Du tuyau à l’intention du gouvernement burundais].

PP MUREME 26072014

 

Mwalimu MUREME Kubwimana,

Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais [= M.C.R. (= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes)]

Pour commander ses livres : prière de bien vouloir vous adresser à l’Harmattan http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&sr=7

A. Introduction

Présentement, une grossière confusion règne dans ou sur le système humanitaire et journalistique burundais. Des organisations non gouvernementales (ONG) et des journalistes pan-hima-tutsistes burundais d’obédience néo-colonialiste belge font de la politique au vu et au su de tout le monde. Ils y sont même publiquement soutenus par le Néo-colonialiste belge, par l’Union européenne derrière laquelle se dissimule très difficilement le Néo-colonialiste belge -qui d’ailleurs, à eux deux, sont leurs principaux bailleurs de fonds-, et par l’administration Barack Obama, complice du Néo-colonialiste belge. Pourtant, conformément à la résolution N° S/RES/2248 (2015) du 12 novembre 2015 du Conseil de Sécurité, il n’y a pas de conflit armé au Burundi, mais plutôt des troubles localisés et des tensions politiques. Et si par hasard oui, seul devrait alors s’appliquer le Droit international humanitaire et pas n’importe comment, non plus.

Compte tenu des crimes commis pendant la crise politique burundaise de 2015, au deuxième semestre 2015, le procureur général de la République du Burundi, Valentin Bagorikunda, a ouvert une instruction en justice à l’encontre des présumés criminels ou complices. Après quoi, par ordonnance N° 530/1597 du 23 novembre 2015, le ministre de l’Intérieur a suspendu provisoirement les activités de toutes les organisations humanitaristes ainsi poursuivies par la Justice, pour leur responsabilité dans les crimes commis. Hélas, en date du 24 novembre 2015, contrariant la Constitution, la Souveraineté et l’Indépendance du Burundi, et s’arrogant de le droit de s’exprimer au nom du peuple burundais, les États-Unis d’Amérique ont demandé au gouvernement burundais la levée immédiate des mesures prises, prétextant que ces actions limitent davantage les libertés des Burundais de réunion, d’expression et représentent un net recul dans la poursuite de la Paix et le dialogue au Burundi. En date du 25 novembre 2015, de Genève en Suisse, une mystificatrice humanitariste pan-hima-tutsiste internationale patentée et un vrai pantin du Néo-colonialiste belge, répondant au nom d’Alexandra Poméon O’Neill, a également fustigé lesdites décisions du gouvernement burundais au moment que les ONG elles-mêmes concernées les contestaient publiquement pour leur part. En date du 02 décembre 2015, les Pan-Hima-Tutsistes Philippe Ngendakumana et Rénovat Ndabashinze ont publié au site Iwacu, un article tortueux abondant dans le même sens et intitulé : « Société civile laminée, c’est très regrettable ».

Bien entendu, tous ces contestataires ci-haut cités manipulent l’opinion publique internationale. C’est très regrettable, on n’en disconvient pas. Mais le fait que c’est très regrettable n’a strictement aucune valeur démonstrative et ne prouve pas l’innocence des personnes morales poursuivies. Ça ne prouve pas non plus que les ONG pan-hima-tutsistes d’obédience néo-colonialiste belge appartiennent réellement à la Société civile burundaise et que la Société civile peut faire de la Politique. Ça ne prouve pas non plus que ces humanitaristes jouissent de l’immunité humanitaire ou journalistique. Est-ce que l’immunité humanitaire ou journalistique existe ? Assurément, les actes de l’État burundais sont légalement, juridiquement et scientifiquement fondés. Il ne suffit pas de claironner les libertés des Burundais de réunion et d’expression, la poursuite de la Paix et le dialogue au Burundi, la capacité et la maximisation du Développement, la Paix et la prospérité, la Démocratie dynamique, l’organisation et mille et une autres valeurs et principes mirobolants pour être cru et encore moins pour devenir un ange parfait, un humanitaire et un héros intouchable. Le communiqué y relatif du 24 novembre 2015 de l’ambassade des USA au Burundi est l’exemple archétypal de la manipulation politique. L’administration américaine « Barack Obama » en raffole, malheureusement !

Il ne faut donc pas céder à la manipulation politique ou humanitariste. L’habit ne fait pas le moine. Les journalistes et les ONG pan-hima-tutsistes d’obédience néo-colonialiste belge ne sont pas du tout humanitaires. Ce sont des malfaiteurs, des gangsters humanitaristes et des instruments de Néo-colonialisme belge. Ils doivent être poursuivis. Tous les Burundais sont égaux devant la loi. Bref, étant donné que le système humanitaire est très mal connu du public, il importe d’abord et avant tout de jeter une lumière nouvelle sur cette question. Le présent article a donc pour but d’éclairer le public en premier lieu sur l’aide humanitaire ou l’aide au Développement et en second lieu, de mener une étude de cas, en l’occurrence le développement du thème en revue, soit « Politisation, anarchie, banditisme, brigandage humanitariste et dangerosité des organisations non gouvernementales (ONG) pan-hima-tutsites d’obédience néo-colonialiste belge.».

Compte tenu de tout cela, il va finalement se révéler que l’État burundais est bien fondé à les radier. Ce sont des tumeurs sociétales cancéreuses. Comme, dans l’entre-temps, tout ce bazar a déménagé son siège social respectif, de Bujumbura à Kigali au Rwanda, le politologue rwandais est à son tour lui-même bien fondé à étudier ce phénomène humanitariste pan-hima-tutsiste rwando-burundais d’obédience néo-colonialiste belge. Pour ce faire, le présent article est structuré comme suit :

  • Introduction
  • Le bien-fondé de l’aide humanitaire ou de l’aide au Développement
  • Quelle ressemblance et quelle différence y’a-t-il entre l’aide au Développement, la lutte pour les droits de l’Homme, la Promotion de la Paix et l’aide humanitaire ?
  • Les concepts et les principes de l’aide humanitaire
  • Qui sont les acteurs humanitaires ?
  • La Sociologie et la Psychologie du don
  • La politisation de l’Humanitaire
  • La pratique humanitaire est en moyenne marquée par l’anarchie, le banditisme et le brigandage humanitariste. 
  • Étude de cas : Politisation, anarchie, banditisme, brigandage humanitariste et dangerosité des organisations non gouvernementales (ONG) pan-hima-tutsites d’obédience néo-colonialiste belge.
  • Recommandations générales à l’intention du gouvernement burundais
  • Conclusion : Humanitaire, oui ! Humanitarisme, non ! D’où qu’il vienne, non !

 

B. Le bien-fondé de l’aide humanitaire ou de l’aide au Développement

Continuer la lecture de Politisation, anarchie, banditisme, brigandage humanitariste et dangerosité des organisations non gouvernementales (ONG) pan-hima-tutsites d’obédience néo-colonialiste belge. L’État burundais est bien fondé à les radier. Ce sont des tumeurs sociétales cancéreuses. Ce n’est pas de l’Humanitaire, c’est de l’Humanitarisme. Est-ce que l’immunité humanitaire ou journalistique existe ? [= Du tuyau à l’intention du gouvernement burundais].

Les trois principaux symbolisants du patriotisme rwandais

PP2013

Mwalimu MUREME Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Centriste Gitériste-Kayibandiste, Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »                                                                  

Pour commander ses livres : utiliser le formulaire de contact du site web http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/   

Qu’est-ce le nationalisme rwandais ? Quels sont les principaux symbolisants du patriotisme rwandais ? Qui sont les plus grandes comètes rwandaises ?

Continuer la lecture de Les trois principaux symbolisants du patriotisme rwandais

L’Ubwenge des génocidaires Banyakazu qui infectent les FDLR-FOCAKAZU : prôner l’unité des Hutu est une aberration et un obstacle majeur à l’avènement d’un état rwandais moderne (= On n’est plus en 1959) [cfr FDLR: Réaction à l’article de Mwalimu Mureme Kubwimana intitulé « La Grande énigme des FDLR »]

[cfr FDLR: Réaction à l’article de Mwalimu Mureme Kubwimana intitulé « La Grande énigme des FDLR » publié au site web http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/la-grande-enigme-des-fdlr-forces-democratiques-pour-la-liberation-du-rwanda/ ]

 PP2013

Mwalimu Mureme Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Centriste Gitériste-Kayibandiste, Promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais (= M.C.R.)

E-mail pour commander ses livres : mureme70@yahoo.com  

0. Introduction

En date du 28 février 2014, j’ai publié au site http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/ un article intitulé « La Grande énigme des FDLR (= Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda) ». En réponse à celui-ci, en date du 24 mai 2014, au nom des FDLR-FOCAKAZU, un certain Michel Gisage a publié au site  Ikaze Iwacu un autre article intitulé : « http://ikazeiwacu.fr/2014/05/24/fdlr-reaction-a-larticle-de-mwalimu-mureme-kubwimana-intitule-la-grande-enigme-des-fdlr-publie-dans-le-journal-therwandan-com/» et sur face book. Cette réaction n’est rien de moins qu’un montage grossier [= ubushukanyi ndengakamere]. Aussi me dois-je de le disloquer totalement.

Continuer la lecture de L’Ubwenge des génocidaires Banyakazu qui infectent les FDLR-FOCAKAZU : prôner l’unité des Hutu est une aberration et un obstacle majeur à l’avènement d’un état rwandais moderne (= On n’est plus en 1959) [cfr FDLR: Réaction à l’article de Mwalimu Mureme Kubwimana intitulé « La Grande énigme des FDLR »]