Burundi – le 17 Mai 2018 : Point culminant de la Révolution burundaise. Son Leader charismatique consacré « Imboneza yâmaho » est sans conteste Pierre Nkurunziza.

Mwalimu MUREME Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais MCR [= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes]

Pour commander ses livres : prière de bien vouloir utiliser le formulaire du site web : http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/category/edition-sciporwa/

On convient internationalement que les noms de jours, mois et saisons s’écrivent en minuscules. Ils ne prennent la majuscule que lorsqu’ils représentent une fête ou un évènement spécial. Sur ce, désormais, la journée du 17 Mai 2018 prendra toujours une majuscule chez les Burundais et leurs amis, car elle représente un évènement spécial, en l’occurrence le point culminant de la Révolution burundaise. Son Leader charismatique consacré « Imboneza yâmaho » est sans conteste Pierre Nkurunziza.

Selon la terminologie scientifique politiste en usage, la Révolution est un temps chaud dans l’Histoire d’un pays et ce moment chaud présente nécessairement des limites dans le temps, c’est-à-dire un début et une fin. Toute Révolution est donc périodisable. Force est de constater que ce qui s’est passé récemment au Burundi est une Révolution et que la Révolution burundaise va du 21 octobre 1993 au 17 Mai 2018. Le 21 octobre 1993 est la date de l’assassinat à Bujumbura, au cours d’un coup d’État militaire intégriste Hima, du tout premier chef d’État Hutu dans l’Histoire du Burundi, en l’occurrence Melchior Ndadaye. Le 17 Mai 2018 est la date du Référendum constitutionnel de Décolonisation du peuple burundais, à 73,26 % pour le Oui avec un taux de participation de 96,24 %. En somme, le processus révolutionnaire de la Révolution burundaise a duré exactement 24 ans et 7 mois. Son leader charismatique consacré « Imboneza yâmaho » est sans conteste Pierre Nkurunziza.

Selon la terminologie scientifique politiste en usage, le charisme veut dire la capacité de séduction politique d’un leader fondée sur les qualités extraordinaires qui lui sont imputées (Max Weber). Or, c’est bien le cas de Pierre Nkurunziza, le plus grand héros national de la Révolution burundaise. Il est absolument manipulatoire que des pervers intégristes Hima de l’acabit de Teddy Mazina, David Gakunzi, Innocent Muhozi, Pacifique Nininahazwe, etc., osent tromper et manipuler la Communauté internationale en définissant de manière tout-à-fait biaisée « Imboneza yâmaho » comme étant « le Guide suprême éternel ». Archifaux ! Idiot ! Tant soutenus par leurs beaux-frères Bazungu et surtout par le Mwami négrier intégriste Hima Rwabujindili I Kagame Paul, ces manipulateurs malveillants ou plutôt ces manipula-tueurs pierre-buyoyistes ont toujours une intention nuisible et destructrice. Ils ne veulent pas du tout le bien des masses populaires Hutu, Twa et Tutsi.

Assurément, c’est aux politologues et aux hommes politiques burundais de bonne foi qu’il appartient d’analyser la Révolution burundaise en tant que phénomène politique et social, en tant qu’entreprise révolutionnaire, en tant que projet de société et enfin, en tant que symbologie et liturgie révolutionnaire du CNDD-FDD [= Ibitaramo n’ibigwi by’intwali za CNDD-FDD]. Pour lors, en vue d’un processus révolutionnaire permanent, il est très vivement recommandable au peuple burundais ce qui suit :

En premier lieu, il importe de mémoriser que les négriers intégristes Hima rwando-burundais (3% de la population) et leurs beaux-frères prédateurs, racistes et colonialistes Bazungu ne veulent pas du tout, ni de l’émancipation sociale des masses populaires Hutu, Tutsi et Twa, ni d’un chef d’État Hutu, Tutsi ou Twa à la tête d’un pays du bassin du Nil-Kagera. Ce sont des négriers et des esclavagistes patentés.

En second lieu, il importe de toujours se rappeler que leur stratagème politico-militaire privilégié consiste à inciter les Hutu, les Tutsi et les Twa à l’entremangerie générale et surtout à s’entre-déchirer pour le poste de chef d’État. Et au bout du compte, les négriers intégristes Hima conspirent à gauche et à droite, arrivent, les écrasent tous et raflent toute la mise. Aussi faut-il exclure de s’entre-déchirer pour ce poste ‘’de discorde’’. Il y a assez de postes pour tout le monde.

En troisième lieu, pour atteindre la finalité de la Révolution burundaise, il importe de ne pas écouter les racontars des Colonialistes belges et consorts, d’ignorer les foutaises de Rfi [= Radio France internationale], de Jeune Afrique et de bien d’autres médias spécieux pro intégristes Hima-Bavântâra, et de braver Paul Kagame Rwabujindili. Ce garçon est un faible et un lâche [= ni agashyano !]. Son secret, c’est la cruauté. Face à un crétin si agressif, il faut aussi être si agressif et tant conspirateur. [= Iyo umuturanyi yikoze mu nnyo, nawe uyikoramo, mugakarabira limwe !]. Voilà un très beau proverbe rwandais à apprendre aux Barundi. Sans l’appui de la France, du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique, la Belgique [= son parrain] ne pourra jamais bombarder le Burundi. Jamais ! Elle en est absolument incapable. Les noirauds belges, –Louis Michel, Didier Reynders, Charles Michel, et Machin Chouette-, ne sont que des charlatans et des parleurs. Il sied de les mépriser absolument.

En quatrième lieu, et par voie de conséquence, il importera de garder le plus longtemps possible le Leadership charismatique consacré de Pierre Nkurunziza. Quand on a une Lumière de cette envergure, on ne la lâche pas. À l’instar de Nelson Mandela, de Julius Nyerere, elle part d’elle-même. Le problème n’est d’ailleurs pas la présidence à vie : le problème, c’est la mauvaise gouvernance, le fascisme et le totalitarisme. Mais pourquoi donc ces Colonialistes Belges s’acharnent-ils sur la révision constitutionnelle au Burundi, mais n’osent-ils rien dire au sujet de la révision constitutionnelle au Rwanda, en Ouganda et au Tchad ? Là, ils la ferment. Pourquoi ? Pourquoi ces Colonialistes Belges ne disent-ils rien au sujet de la Monarchie constitutionnelle belge ? Quand partira-t-il Philippe de Belgique ? Autant Philippe I a le droit d’être Roi de Belgique, autant Pierre Nkurunziza a aussi le droit d’être Président ou Roi du Burundi. Un point, c’est tout ! À ce qu’on sache, les Anglais, les Danois, les Marocains, etc., ne comptent pas parmi les peuples les plus malheureux de ce Monde. Les Burundais ont leurs propres logiques, leurs propres politologues, et leur propre finalité. Ils doivent vivre la vie qu’ils veulent vivre. Qu’on leur foute la paix ! Ces chouchous Hima des Belges, de leurs beaux-frères Bazungu, et de quelques Français Himaphiles n’ont pas plus droit au Rwanda et au Burundi que les Hutu (85%), les Twa (1%) et les Tutsi (11%). Au Rwanda, au Burundi et en RD-Congo, le Colonisateur belge ne devrait expliquer qu’une seule chose : la Colonisation belge.

En cinquième lieu, il est grand temps que cesse définitivement, au Rwanda et au Burundi, la double colonisation Hima-Belge. Étant donné qu’il n’existe pas d’ethnies au Rwanda et au Burundi, il est impérieux de rejeter le plus tôt possible ces histoires non significatives, devenues caduques, de quotas ethniques. Tous les citoyens doivent être traités de la même façon dans les mêmes conditions et selon la même probabilité. En vertu de quoi, un Hima, –déguisé en Tutsi-, devrait-il avoir plus de chance d’être député ou sénateur qu’un Hutu, un Tutsi ou un Twa ?

En sixième lieu, le peuple burundais devrait s’instruire de l’expérience douloureuse et des grands malheurs du peuple rwandais. Il ne fallait pas renverser ou assassiner Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge. De même que les Tanzaniens n’ont pas lâché Julius Nyerere, de même, les Rwandais ne devaient pas lâcher Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge. Il fallait le laisser partir de lui-même, puisque déjà lui-même affirmait publiquement et à haute voix qu’il était en partance et ne demandait qu’une chose : « Ne me bousculez pas, s’il vous plaît ! ». En faisant ce qu’ils ont fait en 1973, pour leurs intérêts personnels égoïstes, les Bakiga-Banyakazu ont fracturé irrémédiablement le groupe social Hutu, Tutsi et Twa  et ont déchaîné une Spirale de la violence rwandaise à propos de laquelle Dieu seul sait quand elle s’arrêtera. Les Hutu, les Tutsi et les Twa rwandais sont entrain de payer trop cher la monstruosité des crimes de Juvénal Habyalimana Rutemayeze.

Ce dernier a assassiné Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge sous prétexte qu’il venait de passer onze ans au pouvoir et que c’était trop. Pourtant, après avoir usurpé ce pouvoir, lui, le même Juvénal Habyalimana Rutemayeze, va y passer 21 ans sans partage pour ne se décider finalement à dégager qu’après avoir été abattu par un missile. Ce Mukiga de malheur était un monstre hideux. Il a laissé dans la Conscience nationale rwandaise trop de graves blessures incurables. C’est bien lui la cause de tout ça. Paul Kagame Rwabujindili n’en est que la conséquence logique. Juvénal Habyalimana Rutemayeze a trop joué avec la vie de son peuple et il a perdu. Puis, la Nature en a décidé comme elle voulait. Hélas, le prophète Magayane avait bel et bien averti ces Bakiga-Banyakazu à plusieurs reprises. Ils ne peuvent pas dire qu’ils ne savaient pas. Ils sont insensibles aux intérêts collectifs et, -à l’instar des Hima-Bavântâra-, n’y sont pas du tout intéressés. Ils n’ont rien à foutre du Rwanda. Ils ont trop enfoncé les Hutu, les Tutsi, et les Twa. Mais, nous supporterons très courageusement toutes ces épreuves aussi longtemps qu’IMANA le voudra bien.

Plaise au Ciel que les Barundi en prennent très bonne note. Tout doit être fait pour ne pas dégringoler. [= Nta we uva mu mva kabili gatatu  !]. On ne joue pas impunément avec la vie d’un peuple. À bon entendeur, salut : Godefroid Niyombare, Gervais Rufyikiri, Pie Ntavyohanyuma, Jean Minani, Léonard Nyangoma, Esdras Ndikumana, Pierre Claver Mbonimpa et autres auxiliaires Hutu de l’Intégrisme Hima-Bavântâra pro Colonialistes belges !

Enfin, à cette belle occasion, le Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais MCR [= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] veut exprimer ses très vives félicitations au peuple burundais et a bien l’honneur de lui souhaiter plein succès, Prospérité et Bien-être général. Il saisit également cette opportunité pour réitérer à son Excellence Dr Christine-Nina Niyonsavye, ambassadrice de la République du Burundi en France, en Espagne et au Portugal ses plus vives félicitations et lui souhaiter plein succès dans sa mission. Pour abattre l’Intégrisme Hima, il faut des hommes et des femmes extrêmement déterminés.

Fait à Paris, le 21 Mai 2018

Mwalimu MUREME Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais MCR [= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes]

Pour commander ses livres : prière de bien vouloir utiliser le formulaire du site web : http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/category/edition-sciporwa/