Archives pour la catégorie Articles principaux (amakuru y’ibanze)

Articles principaux (amakuru y’ibanze)

Les F.D.L.R. doivent être liquidées : la place des génocidaires Habyalimanistes n’est pas à la tête d’une organisation humaine, mais plutôt à la barre du tribunal.

PP2013

Mwalimu Mureme Kubwimana,                                                                                                     Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais,                                                               Centriste Gitériste-Kayibandiste,                                                                                                      Promoteur scientifique et coordonnateur général                                                                                       du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais (= M.C.R.)                                                              

Pour commander ses livres : utiliser le formulaire de contact du site web http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/

A. Introduction

Les articles précédents au sujet des FDLR-FOCAKAZU ont permis de mieux les connaître.  Présentement, il importe de citer nommément et sans détours compliqués les principaux génocidaires Banyakazu qui infectent les FDLR-FOCAKAZU, encore désireuses d’opprimer le peuple rwandais. Il importe surtout de bien analyser l’âme des FDLR-FOCAKAZU. Les FDLR-FOCAKAZU ne mèneront à rien du tout. Ce sont les derniers retranchements des Banyakazu. Ces gens-là ne s’intéressent pas au peuple rwandais. Ils sont insensibles aux sentiments collectifs rwandais. Ce sont des particularistes Banyakazu. Ils ne veulent qu’une chose : retourner de force au Rwanda en vue de renouveler l’expérience succulente de jadis. Ils veulent reconquérir leur paradis perdu. Toujours est-il que leur ressource principale envisagée, c’est une armée mono-régionale Kiga comme dans le bon vieux temps de Juvénal Habyalimana Rutemayeze. Ces groupes de mouvance habyalimaniste sont principalement constitués des démons dont les caractéristiques sont décrites dans les lignes qui suivent.

De prime abord, il sied tout de même de préciser que la sociologie politique ne s’intéresse, ni aux personnes sacrées des gens, ni à leur vie privée. Cependant, du moment qu’un acteur politique manifeste sa volonté de faire la politique, c’est un homme public. Le public a donc le droit de savoir qui il est, quel est son projet de société, s’il est capable et s’il est irréprochable, car on ne badine pas avec la vie d’un peuple. Le politologue ne fixe son regard que sur l’objet politique.

Continuer la lecture de Les F.D.L.R. doivent être liquidées : la place des génocidaires Habyalimanistes n’est pas à la tête d’une organisation humaine, mais plutôt à la barre du tribunal.

Les misères des campagnes du sud du Rwanda sous le règne du dictateur Juvénal Habyalimana Rutemayeze [05.07.1973 – 06.04.1994]

PP2013

Mwalimu MUREME Kubwimana,                                                                                                    Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais,                                                                Centriste Gitériste-Kayibandiste,                                                                                                   Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »                                                                  

Pour commander ses livres : utiliser le formulaire de contact du site web http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/   

Le 05 juillet 1973, le Rwanda est passé de la première République rwandaise à la première dictature militaire rwandaise, autrement dit au Totalitarisme moderne rwandais. Depuis lors, des généraux rwandais prennent le pouvoir par la force, s’approprient tous les pouvoirs et en font à leur guise. La militarisation est encouragée par des financements provenant de l’étranger sous forme d’aide budgétaire ou autres. La police et les forces armées rwandaises ou les forces rwandaises de défense interviennent plus souvent contre le peuple rwandais que contre une véritable agression venant de l’extérieur. Ce régime tyrannique et totalitaire épuise totalement la société rwandaise.

Continuer la lecture de Les misères des campagnes du sud du Rwanda sous le règne du dictateur Juvénal Habyalimana Rutemayeze [05.07.1973 – 06.04.1994]

Le brigandage politique des gangsters Habyalimanistes (= Banyakazu) : Juvénal Habyalimana Rutemayeze, Agathe Kanziga Nyirarutemayeze, Protais Zigiranyirazo, Théoneste Bagosora, Séraphin Rwabukumba, Laurent Serubuga, Aloys Ntiwiragabo, Jean Baptiste Ndalihoranye, Alphonse Higaniro et autres pourritures

PP2013

Mwalimu MUREME Kubwimana,                                                                                                    Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais,                                                               Centriste Gitériste-Kayibandiste,                                                                                                  Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »                                                                  

Pour commander ses livres : utiliser le formulaire de contact du site web http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/   

A. Introduction

Dans les années 1988-1990, une grande famine éclata au Rwanda, particulièrement dans le sud du pays, surtout dans les régions de Gikongoro et de Butare. Cela faisait plus de quarante ans que pareille situation ne prévalait plus au Rwanda. Des centaines de milliers de ménages rwandais fuirent le Rwanda pour la Tanzanie. L’Akazu ne fut réellement mise au courant de la crise de famine qui frappait le pays, en particulier le sud défavorisé, que par un film du « Centre Iwacu » sur ladite famine. Ce film exploitait les publications du journal Imbaga, dirigé à l’époque par Gaspard Karemera et Jean-Baptiste Nkuliyingoma. Afin d’en savoir plus, on a donc dû et pu interroger celui-ci en date du 29 août 2013.

Continuer la lecture de Le brigandage politique des gangsters Habyalimanistes (= Banyakazu) : Juvénal Habyalimana Rutemayeze, Agathe Kanziga Nyirarutemayeze, Protais Zigiranyirazo, Théoneste Bagosora, Séraphin Rwabukumba, Laurent Serubuga, Aloys Ntiwiragabo, Jean Baptiste Ndalihoranye, Alphonse Higaniro et autres pourritures

Une gigantesque manipulation du modèle Akazu libellée : « Le parcours des camarades du 05 juillet 1973 dans la nuit du 04 au 05 juillet 1973 »

PP2013

Mwalimu MUREME Kubwimana,                                                                                                      Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais,                                                               Centriste Gitériste-Kayibandiste,                                                                                                  Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »

On lit au site http://jkanya.free.fr/ la version N° 1 et au site http://www.editions-sources-du-nil.com/article-rwanda-le-parcours-des-camarades-du-5-juillet-dans-la-nuit-du-4-au-5-juillet-1973-122539793.html la version N° 2 d’un même article, intitulé « Le parcours des « camarades du 5 juillet » dans la nuit du 4 au 5 juillet 1973 » et écrit à la même date du 13 février 2014 par le même auteur, en l’occurrence Eugène Shimamungu. Outre la contradiction manifeste qu’il y a entre les deux versions, concernant le camarade Épimaque Ruhashya, -première preuve de mensonges-, tout l’article dont il s’agit est fondamentalement faux. Le but de cet article est d’avancer ce qui suit : « La responsabilité du coup d’état du 5 juillet 1973 ne peut être mise sur le dos, ni d’Alexis Kanyarengwe, ni d’Aloys Nsekalije, ni de Théoneste Lizinde, ni de quiconque d’autre, mais à son maître d’œuvre Juvénal Habyalimana : il l’a décidé et contrôlé l’opération de bout en bout, sans effusion de sang, en tout cas cette nuit-là. Rendons donc à César ce qui est à César ».

L’idée directrice de l’auteur est de mythifier Juvénal Habyalimana Rutemayeze. C’est un enjolivement du portrait. Tout se fait sous le nom de Habyalimana. C’est lui seul qui agit, tandis que les officiers supérieurs qui y ont joué un rôle déterminant ne sont même pas mentionnés. Habyalimana est le seul acteur. C’est un Hercule. Ses faits et gestes sont excessivement agrandis et trop embellis. Ce que le docteur en langage littéraire, Eugène Shimamungu, est entrain de nous faire là est une littérature qu’on appelle la littérature du merveilleux. Ce sont des mensonges. Il n’y a ni sincérité, ni exactitude. Tous les hauts faits sont attribués à Juvénal Habyalimana Rutemayeze et, sous entendu, tous les crimes sont attribués à Lizinde. C’est absolument faux. Juvénal Habyalimana Rutemayeze n’était pas seul dans « les prétendus hauts faits » et il n’était pas absent dans les crimes. Il ne faut donc pas prendre à la lettre ces racontars du modèle Akazu.

Le présent article a pour but de rétablir la vérité. On ne peut pas laisser continuer à traîner à gauche et à droite des contrevérités insoutenables. On se doit d’éclairer le public et de dissiper ce brouillard épais expréssément créé pour désinformer et manipuler.  

Continuer la lecture de Une gigantesque manipulation du modèle Akazu libellée : « Le parcours des camarades du 05 juillet 1973 dans la nuit du 04 au 05 juillet 1973 »

Procès-verbal de création du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais (M.C.R.) [= Urukâzîra-murage wa Gitera na Kayibanda]

Le quinzième jour du mois de mars deux mille quatorze, les membres fondateurs du M.C.R., des Hutus et des Tutsis, originaires de toutes les régions du Rwanda (Kigali, Gitarama, Butare, Cyangugu, Kibuye, Gisenyi, Ruhengeli, Byumba et Kibungo), réunis en réunion initiale du M.C.R. (= Intekerezo MCR),

  • ·         Sous la présidence du Mwalimu MUREME Kubwimana, promoteur scientifique et coordonateur général du M.C.R.,
  • ·         En présence de quelques sympathisants, de quelques observateurs étrangers et des curieux (= abavumbyi),

De 13 heures à 17 heures, ont procédé à la création du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais, en abrégé le M.C.R. et à l’adoption du Manifeste scientifique du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais (= M.C.R.) [= Urukâzîra-murage wa Gitera na Kayibanda].

Continuer la lecture de Procès-verbal de création du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais (M.C.R.) [= Urukâzîra-murage wa Gitera na Kayibanda]

La grande énigme des FDLR (= Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda)

PP2013

Mwalimu MUREME Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Centriste Gitériste-Kayibandiste, Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »

Cet article a pour but de déchiffrer la grande énigme des FDLR (= Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda). Il s’agit d’un audit politico-militaire des FDLR, visant à formuler finalement, à l’intention de qui de droit, les recommandations pratiques qui s’imposent absolument. Ces recommandations pratiques devront tourner autour de quatre points, à savoir :

  • ·         La situation générale des FDLR
  • ·         Le vide institutionnel au sommet des FDLR
  • ·         La psychose collective du retour au pouvoir de l’armée mono régionale Kiga (= Akazu)
  • ·         La dé-kazuisation et la nationalisation des FDLR

Il importe surtout d’expliquer la psychose collective du retour au pouvoir de l’armée mono régionale Kiga (= Akazu). Cela va sans dire qu’il faut préalablement traiter ce thème sous tous ses aspects, à savoir : 

  • ·         Les principes fondamentaux des forces démocratiques de libération du Rwanda (= FDLR)
  • ·         Les origines des FDLR
  • ·         Les FDLR au sein de l’ADRN-Igihango
  • ·         Les accords de Rome par l’intermédiation de la communauté de Sant’ Egidio
  • ·         Le deuxième éclatement des FDLR et la ruine totale des FDLR-FOCA (= faction Akazu)
  • ·         L’affaire Amani Mahoro et la création des FDLR-CMC
  • ·         Structure des FDLR
  • ·         Et considérations générales sur les FDLR

Pour ce faire, il a été nécessaire de pratiquer une observation directe et une observation indirecte. Cela veut dire qu’on a exploité tous les documents utiles disponibles et interrogé toutes les personnes très connaisseuses. Toutes les personnes interrogées ont requis l’anonymat. Enfin, il sied de préciser que toutes les informations confidentielles enregistrées ont été collectées dans un but purement scientifique.

Continuer la lecture de La grande énigme des FDLR (= Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda)

Le fondement mystico-religieux des Bacengeli, des Batabazi et des Bagaba

PP2010

 

 

 

 

 

 

 

 

Mwalimu (Prof.) MUREME Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Centriste Gitériste-Kayibandiste, Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »

Jusqu’en 2010, Mgr Alexis KAGAME Se-Mateka est le chercheur qui parle le plus et le mieux du Cwezisme. Mais, il n’a pas bien développé ce sujet. C’était quand même un ecclésiastique. Dès 2010, le chercheur suivant qui va très bien développé ce sujet, c’est son continuateur, en l’occurrence Mwalimu MUREME Kubwimana.  Il importe donc d’approfondir le côté mystico-religieux généralement négligé dans l’Histoire du Rwanda ancien. D’emblée, il sied également de souligner qu’il y a une différence entre un Mucengeli (= libérateur offensif), un Mutabazi (= libérateur défensif) et un Mugaba w’Igitero (= commandant général rituel) et une différence entre un Mugaba et un Mutware (= commandant d’unité militaire quelconque ou chef divers).

Continuer la lecture de Le fondement mystico-religieux des Bacengeli, des Batabazi et des Bagaba

Manuel d’Histoire politique et sociale du Rwanda contemporain Tome 2

logo_4

Ce  manuel  est  la  suite  du  Manuel  d’histoire  du  Rwanda  à  l’époque coloniale.Il  relate  et  analyse  les  mobiles,  les  causes,  les  facteurs,  les variables qualitatives explicatives, les effets induits directs et indirects et lesconséquences  de  l’abolition  de  la  noblesse  séculaire  tutsie  en  1959 et  duretour  en  force  en  1994  de  la  noblesse  tutsie  moderne  faction  Abâkagâra

(Mpatsabanyarwanda  y’Igiti  cy’Abâkagâra).  Il  étudie  la  partie contemporaine    à  partir  du  25  avril  1949    de  la  spirale  de  la  violence Rwandaise qui date du xve siècle. Il dégage la part respectivement imputableaux principaux responsables du chaos rwandais (Abanyarugomo  bishe  U-Rwanda),  à  savoir  dans  l’ordre  décroissant  le colonisateur  belge  (le  monstre  n°1),  la  noblesse  tutsie  faction  Abâkagâra(n°2),  les  Habyalimanistes,  c’est-à-dire  les  Banyakazu  et  leurs  Abase  (les alliés, le monstre n°3) et la noblesse tutsie faction Mwami (n°4). Par contre,

preuves  matérielles  à  l’appui,  il  constate  que,  en  fin  de  compte,  la responsabilité du MDR-PARMEHUTU est peu considérable ; que celle de l’ONU et celle de l’Église catholique sont négligeables et qu’enfin celle de la  communauté  d’intersection  communautaire  rwandaise  (APROSOMA,RADER,  etc.)  est  insignifiante.  Pour  des  raisons  pratiques,  ce  manuel  est

subdivisé en deux tomes.

Celui-ci en est le deuxième et traite l’histoire politique et sociale du Rwanda contemporain allant ducoup d’État militaire  du  5  juillet  1973  au  génocide  rwandais.  Pour  lors,  il  analyse  rigoureusement  la  tyrannie  militaire sanguinaire  de  l’Akazu  menée  par Juvénal  Habyalimana  Rutemayeze  (signifiant  un  auteur  d’un  coup  d’État), puis celle du Front patriotique rwandais (FPR,  Inkotanyi), qui, au départ, était une coalition régionale africaine des  forces  armées  himatutsies  contre  l’Akazu.  La  tyrannie  de  l’Akazu  s’explique  par  le  totalitarisme  et  la monopolisation régionale kiga de l’armée et de l’armement. Celle du FPR s’explique par le totalitarisme et lamonopolisation tribale tutsie de l’armée et de l’armement. En somme, pour mettre l’Akazu hors d’état de nuire, il s’est imposé une guerre qui a apporté une autre tyrannie pire dite l’Igiti.

Continuer la lecture de Manuel d’Histoire politique et sociale du Rwanda contemporain Tome 2

Manuel d’Histoire politique et sociale du Rwanda contemporain Tome 1

logo_4

Ce manuel est la suite du Manuel d’histoire du Rwanda à l’époque coloniale. Il relate et analyse les  mobiles, les causes, lesfacteurs,les  variables  qualitatives  explicatives,  les  effets induits  directs  et indirects et les conséquences de l’abolition de la  noblesse séculaire tutsie en 1959 et du retour en force en 1994 de la  noblesse Tutsie moderne  faction  Abâkagâra  (Mpatsabanyarwanda  y’Igiti cy’Abâkagâra).  Il  étudie  la  partie  contemporaine  –  à  partir  du  25 avril 1949 – de la spirale de la violence rwandaisequi date du  XVe siècle.  Il  dégage  la  part  respectivement  imputable  aux  principaux responsables du chaos rwandais (Abanyarugomo bishe U-Rwanda), à savoir dans l’ordre décroissant le colonisateur belge (le monstre n°1),  la  noblesse  tutsie  faction  Abâkagâra  (n°2),  les Habyalimanistes  c’est-à-dire  les  Banyakazu  et  leurs Abase  (les alliés,  le  monstre  n°3)  et  la  noblesse  tutsie  faction  Mwami  (n°4). Par contre, preuves matérielles à l’appui, il constate que, en fin de compte,  la  responsabilité  du  MDR-PARMEHUTU  est  peu considérable  ;  que  celle  de  l’ONU  et  celle  de  l’Église  catholique sont négligeables et qu’enfin celle de la communauté d’intersection communautaire  rwandaise  (APROSOMA,  RADER,  etc.)  est insignifiante.
Pour des raisons pratiques, ce manuel est subdiviséen deux tomes. Celui-ci  en  est  le  premier  et  traite  la  révolution  rwandaise,  la  première  République  rwandaise  et,  de  facto,l’évolution fatale du rapport des forces à la défaveur du premier et unique président de la première République Rwandaise,  en  l’occurrence  le  Dr  Grégoire  Kayibanda surnommé  Sebwigenge  (le  père  du  recouvrement  de l’indépendance).

Continuer la lecture de Manuel d’Histoire politique et sociale du Rwanda contemporain Tome 1

Manuel d’Histoire du Rwanda ancien

logo_4

Ce manuel a l’ambition d’être accessible et clair sur les questions essentielles  qui  se   posent  en   matière  d’Histoire  du  Rwanda.  Il  est certainement bénéfique à quiconque désire jeter un regard plus pénétrant sur les ressorts de la vie du Peuple rwandais. Avec cet ouvrage, on a la preuve qu’il existe au Rwanda, depuis le 15ème siècle, une Spirale de la violence rwandaise. Celle-ci a été amplifiée, d’abord par la Monarchie absolue Tutsi et l’asservissement des Hutu pratiquée pendant quatre siècles par la Noblesse séculaire Tutsi rwandaise et ses alliés traditionnels négriers Arabes ; ensuite par la Colonisation allemande, puis belge et enfin par la tyrannie militaire sanguinaire successive des  Abanyakazu menés  par  Juvénal Habyalimana alias Rutemayeze et des Abavantara menés par Paul Kagame, tous servis par les erreurs d’appréciation des Nations unies (Missions de visite onusiennes, MINUAR, TPIR et MONUC). Dans ces conditions, le Rwanda devrait, non seulement cesser de créer de nouveaux centres de la Spirale de la violence rwandaise, mais également désactiver tous les anciens centres, soit en leur permettant de s’user graduellement, soit en les brisant systématiquement. Pour  y  parvenir,  la  connaissance  et  la  reconnaissance  de  l’Histoire  du Rwanda  est  nécessaire.  Grâce  à  cette  connaissance,  nous  devons  être capables de regarder dans le Passé, afin de voir les causes qui y ont été mises en jeu par nos Ancêtres, nos Grands-parents, nos Parents, les autres, voire par nous-mêmes, et qui produisent leurs effets dans le présent.

Continuer la lecture de Manuel d’Histoire du Rwanda ancien