France-Rwanda : Document ouvert adressé le 05 octobre 2017 au Chef d’État français, Emmanuel Macron, relativement à la problématique franco-rwandaise, par le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes]

Mwalimu MUREME Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais [= M.C.R. (= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes)]

Pour commander ses livres : prière de bien vouloir s’adresser à l’Édition SCIPORWA de Rouen : http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/category/edition-sciporwa/

 A. Introduction

En date du 18 septembre 2017, à New York aux États-Unis d’Amérique, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, une rencontre peu courante a eu lieu entre le Chef d’État français, Emmanuel Macron, et le Mwami négrier intégriste Hima rwandais Rwabujindili I Kagame Paul. La présidence de la République rwandaise a indiqué, dans un tweet, que les deux hommes ont discuté de « collaboration sur des questions d’intérêt commun, dont la Paix et la Sécurité en Afrique ».

L’idée directrice du présent document est de répondre objectivement à la question centrale de départ qui se pose alors : « Quid des relations bilatérales franco-rwandaises ? ». De là découlent ci-bas plusieurs questions secondaires dérivées qui seront abordées point par point dans le développement.

Pour lors, le présent document s’impose une démarche thématique et dialectique et se structure comme suit :

  • Objet du présent document
  • Contrairement aux ouï-dire, le MCR [= Abasangirangendo : les Centristes Gitériste-Kayibandistes] ne fait pas partie du gouvernement bidon de Thomas Nahimana.
  • Légitimation scientifique du MCR [= Abasangirangendo : les Centristes Gitériste-Kayibandistes]
  • Comportements manifestés par les Intégristes Hima, agissant dans le dos du Chef d’État français.
  • Stratégies argumentatives du Mwami négrier intégriste Hima Rwabujindili I Kagame Paul
  • Observations générales
  • Conclusion

B. Objet du présent document

Le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] remercie vivement les autorités françaises de bien vouloir parfois le recevoir, l’écouter ou répondre à son courrier. Il note tout de même qu’à chaque fois, il reçoit une réponse habile et stéréotypée : « Il est bien pris connaissance de votre démarche. Toutefois, comme vous le savez, le Droit international proscrit aux autorités françaises toute ingérence dans les affaires intérieures d’un État étranger souverain. ». À ce propos, le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] ne manque pas d’ajouter que lui non plus n’entend pas s’immiscer dans les affaires intérieures de la France.

Cependant, il se révèle présentement que la rencontre du 18 septembre 2017 à New York entre le Chef d’État français et le Mwami négrier intégriste Hima Rwabujindili I Kagame Paul est un nouvel élément dans la problématique franco-rwandaise. Cela donne donc automatiquement au MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] le droit de souhaiter exposer au Chef d’État français son regard très circonspect sur l’objet bilatéral franco-rwandais. Les autorités françaises ont le droit de recevoir tout le monde, y compris celui de recevoir aussi bien Paul Kagame Rwabujindili que celui de nous recevoir. Néanmoins, il est à faire remarquer que celui-ci n’est pas Chef d’État rwandais. C’est un usurpateur et un tyran militaire sanguinaire génocidaire. C’est un Mwami très contesté et qui pis est, un Mwami négrier intégriste Hima. Il s’est arrogé le droit de s’exprimer au nom du peuple rwandais, voilà 23 ans. Or, compte tenu du thème de la rencontre en question, en général, tout Rwandais est concerné par la Paix et la Sécurité en Afrique, en particulier tout mouvement politique rwandais. Pour lors et pour sa part, Le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] estime se devoir de mettre au point, autant pour les autorités françaises que pour la Communauté internationale, un certain nombre de choses.

Voilà, en gros, l’objet du présent document.

C. Contrairement aux ouï-dire, le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] ne fait pas partie du gouvernement bidon en exil de l’abbé Thomas Nahimana.

Il importerait d’abord de lever la confusion qui a été créée et est entretenue exprès par le gouvernement bidon de l’abbé Thomas Nahimana, citoyen français et « Président du Rwanda en exil » ! Ce truc-là est un contresens total, pour plusieurs raisons.

  1. Thomas Nahimana est une personne civique française et un citoyen français durablement installé en France.

En cette qualité, il ne peut pas s’autoproclamer Président en exil de la République rwandaise et former, en France, un gouvernement rwandais en exil. Oui, c’est un « premier immigré », récemment naturalisé Français. Par le fait même, il est naturel que, sa vie durant, il demeure quand même un homme de son pays d’origine, le Rwanda. On n’en disconvient pas. Néanmoins, en se naturalisant Français, il y a des bornes qu’on pose et qu’on ne doit pas dépasser. Un citoyen français, quelle que soit son origine, ne peut pas se comporter en France comme un national d’un pays étranger et encore moins comme « le Président en exil de son pays d’origine ». C’est du n’importe quoi. Si Thomas Nahimana n’a pas osé consulter le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes], c’est surtout parce qu’il connaissait d’avance sa position.

  1. Ce truc-là est une tromperie politique dont Thomas Nahimana eût dû se passer.

Force est de constater à quel point ce gouvernement bidon discrédite la vraie opposition politique rwandaise et la gêne. C’est une singerie inutile. Cela n’est pas l’apport requis pour abattre le Totalitarisme intégriste Hima Paul-kagamiste. La nationalité française est utilisée à mauvais escient, alors même qu’elle pourrait certainement mieux servir dans plusieurs autres domaines, hormis en tout cas celui de représenter les réfugiés politiques rwandais. Ceux-ci n’en ont d’ailleurs pas besoin. Ils ont leurs propres logiques et leurs propres convenances personnelles. S’ils ne se naturalisent pas Français, ce n’est pas parce qu’ils en sont empêchés. C’est leur choix. En un mot, il y a incompatibilité des statuts.

Ce gouvernement bidon fait honte à l’opposition politique rwandaise. Il la dessert et la tourne en dérision. Le résultat est que cela fait passer les vrais réfugiés politiques rwandais séjournant en France pour des gens non sérieux alors même qu’ils n’y sont pour rien. Personne n’a élu Thomas Nahimana ! Ce n’est pas un réfugié politique. C’est un Français ! Tout simplement, il s’agit d’une manipulation politique. Le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] dénonce cette cacophonie inutile et souhaite son arrêt. Il est non sensé qu’un citoyen français s’autoproclame « Président en exil du Rwanda » ! Il y a anguille sous roche ! On dirait même que le but poursuivi est plutôt de discréditer et de gêner la vraie opposition politique rwandaise, voire même peut-être au profit de Kigali, car on ne sait jamais avec des singeries bizarres pareilles.

D. Légitimation scientifique du MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes]

  1. Le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] n’est pas un parti politique.

Son objectif n’est pas d’aller aux élections au Rwanda ni de former un gouvernement. Son objectif n’est pas qu’un tel ou un tel soit Chef d’État, Premier ministre, ministre, sénateur, député, procureur, etc. Il est de beaucoup plus intéressé par la maîtrise de la gestion et de la transformation de la société globale rwandaise, -très gravement malade- que par la gestion et le contrôle de l’appareil de l’État rwandais. C’est un courant idéologique. Ce ne sont pas des programmes politiques. Pour faire des programmes politiques, il faut être sur terrain, sur le territoire national rwandais. En bref, le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] est un projet de société centriste révolutionnaire rwandais.

Cela veut dire que le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] fait « Le Politique ». Il ne fait « La Politique ». « La Politique », c’est au Rwanda qu’elle doit se faire. Plus précisément, l’objectif du MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes], c’est l’élaboration idéologique et doctrinale d’un mouvement politique centriste révolutionnaire rwandais, robuste, efficace et durable. Son but est de contribuer à la résolution de la crise rwandaise, à l’arrêt de la Spirale de la violence rwandaise, à la réconciliation nationale, à la Paix et au Développement économique, social et culturel du Rwanda. En d’autres termes, cela s’appelle faire de la Recherche participative, c’est-à-dire faire de la Science politique tout en participant démocratiquement à l’évolution du pouvoir politique.

  1. Le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] est un mouvement politique scientifiquement légitimé.

Par voie de conséquence, contrairement aux partis politiques rwandais, agréés ou non agréés, l’approche du MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes], est une approche normative politiste, centriste révolutionnaire, Gitériste-Kayibandiste, anti-Akazu (= anti-Habyalimanisme), anti-Igisuti (= anti-Paul-Kagamisme) et non populiste. C’est donc un mouvement politique ou un courant idéologique scientifiquement légitimé. Il fait des publications politiques en langue française. Il est reconnu par l’Agence Francophone pour la Numérotation Internationale du Livre et par la Bibliothèque nationale de France. Il dispose d’un indicateur éditeur (= 978–2–9559698) et des numéros complets d’ISBN. À chaque ISBN est associé un EAN permettant de générer le code à barres. Conformément à l’article R131–6 du Code français du patrimoine, il s’acquitte des obligations de dépôt légal. Il agit plus qu’il ne parle aussi bien pour la société globale rwandaise contemporaine que pour les générations rwandaises futures. Il est vraiment très sérieux et son projet de société est très convainquant.

Aussi, le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] a-t-il le plaisir de faire parvenir ci-joint aux autorités françaises les références bibliographiques de ses publications scientifiques faites en français sur le territoire français de 2010 à aujourd’hui. Ainsi, par ailleurs, contre vents et marrées, contribue-t-il assurément aux progrès de la langue française, sur le Plateau africain des grands lacs. C’est donc une entreprise politiste légale, légitime et tout-à-fait soutenable ! Sans tergiverser !

  1. Le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] n’est pas une génération spontanée.

Enfin, contrairement aux abcès politiques rwandais se disant à tort être « des partis politiques » ou « une nouvelle génération », le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] dit à haute et intelligible voix qu’il n’est pas une génération spontanée. [= Twe ntituli Ibimanuka. Twe dufite inkomoko. Ishyaka litagira inkomoko nta Shyaka liba lilimo]. D’abord, un parti politique représente un courant idéologique. Ensuite, un vrai courant idéologique a le droit d’évoluer en étudiant les hauts faits des mouvements politiques du passé qu’il estime riches et en en extrayant la moelle et la substance. C’est ainsi que le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] a une préférence marquée pour les mouvements politiques révolutionnaires rwandais des années 1957-1973, en l’occurrence l’APROSOMA de Joseph Gitera Se-Republika et le MDR-PARMEHUTU de Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge. Hier, aujourd’hui ou demain, face à l’intégrisme Hima/Ega-Kono-Ha, il faut être très, très catégorique. La Révolution rwandaise de 1959-1961 [= Revolusiyo ya Rubanda rugufi] était absolument nécessaire et c’est indiscutable.

De nos jours, une 2ème Révolution rwandaise est absolument nécessaire [= Revolusiyo y’Abasangwabutaka/Hutu-Tutsi-Twa]. Le FPR-Inkotanyi a restauré au Rwanda la monarchie absolue Hima [= yagaruye Ubwami mu Rwanda]. Or, les Hutu, les Tutsi et les Twa sont aussi des personnes humaines. Ils ne sont pas nés au Rwanda pour y vivre une vie d’animaux, de végétaux ou de minéraux. Cela doit être enfoncé dans la tête, dans le crâne, dans la grosse caboche du Mwami négrier intégriste Hima Rwabujindili I Kagame Paul. S’il résiste, ses enfants ne résisteront pas. Si ses enfants résistent, ses petits-enfants ne résisteront pas. Un jour, le peuple rwandais sera libre ! Libre comme il se doit ! Autant le FPR-Inkotanyi est habilité à puiser dans l’UNAR et à restaurer la Monarchie absolue ou patrimoniale Hima ; autant le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] est habilité à puiser dans l’APROSOMA et le MDR-PARMEHUTU et à mettre sur pied la 2ème République rwandaise, soit la République sociétale rwandaise. Voilà une position claire et précise.

Bref, le Totalitaire négrier intégriste Hima/Ega-Kono-Ha est un animal colonial extrêmement coriace. Pour abattre l’intégrisme Hima/Ega-Kono-Ha, il faudrait des hommes et des femmes extrêmement déterminés.

À ce sujet, il siérait si bien de se procurer et de lire les ouvrages suivants :

  • MUREME Kubwimana, Cours d’Histoire du Rwanda ancien, Tome 1 – Inganji Rwôga, La 1ère Dynastie Hima-Tutsi/Nyiginya-Sindi, 1ère Réédition, Édition SCIPORWA, Rouen, juillet 2017 (368 pages)
  • MUREME Kubwimana, Cours d’Histoire du Rwanda ancien, Tome 2 – Inganji Kalînga, La 2ème Dynastie Hima-Tutsi/Gesera-Hinda, déguisée en Nyiginya-Sindi, 1ère Réédition, Édition SCIPORWA, Rouen, octobre 2017 (456 pages)

E. Comportements manifestés par les Intégristes Hima/Ega-Kono-Ha, agissant dans le dos du Chef d’État français.

Cela étant dit et précisé, il y a lieu, maintenant, d’exposer ci-après le regard très circonspect du MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] sur la rencontre dont il s’agit, et où il a été question de Paix et de Sécurité en Afrique. Pour le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes], en effet, il est non considérable de parler de Paix et de Sécurité en Afrique avec un Mwami négrier intégriste Hima de l’acabit de Rwabujindili I Kagame Paul.

  1. Extrapolation tendancieuse et spéculation très négative de journaux intégristes Hima

La preuve en est que, au terme de la rencontre en question, le lendemain 19/09/2017, agissant dans le dos du Président de la République française, les Intégristes Hima n’ont pas tardé à faire montre de mauvaise foi par extrapolation tendancieuse et spéculation très négative. Voici, à ce propos, traduite en français, la teneur générale, -exprimée en Kinyarwanda-, des journaux intégristes Hima, notamment le fameux « Igihe.com » : Réf. : http://igihe.com/amakuru/u-rwanda/article/perezida-kagame-yagiranye-ibiganiro-na-emmanuel-macron-w-u-bufaransa-amafoto  :

« Le président Kagame qui est à New York aux États-Unis d’Amérique, où il est allé participer à une réunion de l’ONU, a eu un entretien avec son homologue Président de la République française, Emmanuel Macron. Conformément au communiqué de la Présidence de la République rwandaise au Village Urugwiro, la rencontre entre ces deux chefs d’État a tourné autour de la coopération bilatérale en vue des intérêts communs en rapport avec la Paix et la Sécurité en Afrique.

Cette rencontre intervient au moment même où la France continue à subir de plus en plus de pression exercée sur elle comme suite à l’accession au pouvoir du Président Emmanuel Macron, âgé de 39 ans. Il lui est demandé d’agir dans le sens contraire à la politique de ses prédécesseurs en reconnaissant publiquement la part imputable sur le compte de la France dans le génocide des Tutsi, et surtout en se décidant enfin à demander pardon. Récemment, peu après l’élection de Macron, le président Kagame a une fois déclaré qu’il y a une chose importante qui est attendue de ce monsieur dans les termes suivants : « Les comportements manifestés de la France à l’égard du Rwanda ne changeront pas aussi longtemps qu’elle ne change pas ses comportements manifestés en général en Afrique. Ces deux éléments sont très fortement associés. Il y a une chose nouvelle que nous attendons de Macron : se dépêcher de mettre sur pied une nouvelle politique et mettre fin à tant d’années de confusion ». Il a continué en disant ceci : « 23 ans de politique médiocre à l’égard du Rwanda et 60 ans de mauvaise politique africaine incessante alors même que les Africains n’y gagnent rien, voilà des choses dont nous avons besoin de discuter avec lui ».

Dans une interview accordée à Jeune Afrique en mai 2017, le président Kagame a été interrogé sur ce qu’il pensait sur les déclarations d’Emmanuel Macron qui avait dit que la colonisation française est un crime contre l’Humanité, puis qui, après, s’était rétracté ; avait nuancé et dit ce qui suit : « La colonisation est un acte de domination et de non-reconnaissance de l’autonomie d’un peuple. Mais en même temps, je ne veux pas qu’on tombe, tout en reconnaissant ce crime, dans la culture de la culpabilisation sur laquelle on ne construit rien ».

Cette déclaration a reçu le soutien du Président Kagame, quand il dit ceci : « Je constate qu’il raisonne bien. Je n’en doute pas ».

Or, en juillet 2017, cette année, le Président Macron a nommé le général François Lecointre au poste de Chef d’État-major des armées, alors qu’il est l’un des militaires qui ont exercé dans la Zone turquoise au moment même du génocide des Tutsi. Le politologue français Jacques Morel, dans une interview accordée au journal l’Humanité, est revenu sur le rôle de Lecointre dans l’exécution du génocide des Tutsi en 1994, pendant qu’il était au Rwanda dans le cadre de l’Opération turquoise. Morel a dit que Lecointre était capitaine dans la Marine française ; que, au moment du génocide des Tutsi, il était responsable du secteur Gisovu, l’un des secteurs qui composaient l’ancienne préfecture de Kibuye. Il a précisé ceci : « En qualité de responsable de secteur, Lecointre collaborait étroitement avec le directeur de l’unité théicole de Gisovu, Alfred Musema, l’un des génocidaires ayant planifié le génocide à Bisesero ». Il a continué en affirmant qu’il y a des preuves matérielles incriminant Lecointre, comprenant une lettre que Lecointre a écrite à Musema qui a été exhibée pendant le procès de Musema au TPIR d’Arusha. Or, Musema a été condamné à perpétuité. Dans ladite lettre écrite le 18 juillet 1994, Lecointre informait Musema de sa mutation pour un autre secteur. Donc, cela prouve que Musema et Lecointre entretenaient d’excellentes relations d’amitié et d’étroite collaboration. Au contraire alors, à ce moment-là, Lecointre eût dû plutôt enquêter sur les activités génocidaires de Musema, de manière à l’arrêter pour génocide des Tutsi. Il ne l’a pas fait.  

Morel a dit que pour l’Afrique, la nomination de Lecointre signifie que les actions militaires de l’armée française sur le continent africain auront pour objectif de recoloniser les pays africains d’une nouvelle façon. » ».

Force est de constater que les points de vue respectifs de la France et du Rwanda sont strictement inconciliables. Pour les Intégristes Hima, la France doit reconnaître publiquement la part imputable sur son compte dans le génocide des Tutsi et surtout se décider enfin à demander pardon. Or, il est sûr et certain que personne ne peut plaider coupable d’une faute qu’il n’a jamais commise. En France, ce n’est pas comme au Rwanda, sapristi ! Le Président Emmanuel Macron n’est ni la France, ni la Justice française. La France est un État. On n’intimide pas un État, à plus forte raison la France, comme on intimide un individu.

Qui sont-ils, ces vieux roublards, pour intimider la France ?

  1. Il s’agit d’une rencontre stérile et d’un dialogue de sourds.

Personne d’autre ne sait au juste ce qui s’y est dit. Par contre, le FPR-Inkotanyi tient un faux langage. Sa diplomatie est particularisée par de fausses apparences. C’est de la mauvaise foi. Un proverbe chinois dit qu’un mensonge répété mille fois devient une vérité. En Kinyarwanda, cela s’appelle « Ubutekamutwe ». Voilà le stratagème modal du FPR-inkotanyi. En date du 06 avril 1994, il abat, à Masaka, l’avion présidentiel rwandais ; assassine deux chefs d’État et leurs suites. Il provoque le Génocide rwandais. Il planifie et exécute le génocide des Hutu, des Twa et des Tutsi modérés, au Rwanda, au Burundi et au Zaïre. Il s’empare du pouvoir par la force et par la violence au Rwanda et au Zaïre, et met sur pied l’un des systèmes politiques totalitaires les plus cannibales en Afrique. Et malgré tout, il se présente aux yeux du Monde entier comme une victime très pitoyable. Le coupable, c’est la France qui a sauvé des vies humaines autant des griffes du MRND-CDR que du FPR-Inkotanyi. L’avoir empêché de détruire les masses populaires Hutu, Twa et Tutsi qui le fuyaient est un crime de lèse-majesté !

Il s’agit là manifestement de l’Ubutekamutwe, de la dérobade, de l’échappatoire, du faux-fuyant, de la pirouette et de la diversion impudente. Il n’y a pas lieu de parler de la part imputable sur le compte de La France dans le Génocide rwandais de 1994, puisqu’il n’y en a pas. La France n’a commis au Rwanda le moindre meurtre. Au contraire, il est impérieux de parler des crimes du FPR-Inkotanyi, de sa violence d’État, de sa Pan-Hima-Tutsisation de l’Économie rwandaise, de sa marginalisation des Basangwabutaka/Hutu-Twa-Tutsi, etc.

  1. Cela gonfle d’orgueil les Intégristes Hima Paul-Kagamistes

Somme toute, il se révèle finalement que daigner parler à des gens pareils revient plutôt à leur donner trop d’importance. Cela les gonfle d’orgueil. À l’avis du MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes], il est contre-productif de pratiquer la pratique de la main tendue dans le cas d’espèce. Il est courageux mais inutile de serrer la main à un tyran militaire sanguinaire démesurément orgueilleux, qui a décidé d’humilier La France en la calomniant partout, en supprimant le français dans l’enseignement au Rwanda, en rasant au bulldozer le Centre culturel franco-rwandais, etc. Quoique fasse, -à gauche et à droite, paraît-il, jusqu’à l’Élysée-, son « très Pro-Intégriste Hima » ami Sénégalais Macky Sall,un Africain actif exubérant, très subjectif et très décevant-, cela ne dégèlera pas l’atmosphère ; ne donnera rien, -rien du tout- ; et ne changera pas un iota du système colonial et de l’orgueil démesuré du Mwami négrier intégriste Hima Rwabujindili I Kagame Paul. Celui-ci est : bouffi d’un aveuglement incurable, foncièrement vantard, libidinalement violent, foncièrement malhonnête, extrêmement intrigant et extrêmement rusé. Il est de mauvaise foi. Il est donc très probable que La France n’acceptera pas de ramper devant un État-voyou miséreux [= Abatindi b’Abahima], dirigé par un type pareil [= Umwami w’Igisuti, wigize Ikinani mu Rwanda !]. Ce qui est fait, est fait.

Qui sont-ils, ces imposteurs, qui osent demander à La France de se prosterner à plat ventre sous leurs pieds ? C’est complètement fou !

F. Stratégies argumentatives du Mwami négrier intégriste Hima Rwabujindili I Kagame Paul

  1. Fissuration de la catégorie sociale des Hima-Tutsi en Tutsi et en Intégristes Hima

Le règne tyrannique et totalitaire du Mwami négrier intégriste Hima Rwabujindili I Kagame Paul ne tient plus qu’à un fil. Son système colonial de type belge agonise. Trop ethnocentristes, ses systèmes pan-hima-tutsistes ont eu des effets pervers et ils ont déjà fini de diviser les Hima-Tutsi en Tutsi et en Intégristes Hima. Par Tutsi, on entend les anciens Hima qui, sans toutefois se Bantu-Hutiser, se sont déjà complètement intégrés dans la civilisation d’accueil Bantu-Hutu. Ils sont très prudents, modérés, et voient très loin. Ils sonnent l’alarme et hurlent leur peur du danger de tant marginaliser les populations Basangwabutaka/Hutu-Twa-Tutsi [= 97 % de la population rwandaise] immensément majoritaire.

Les Intégristes Hima/Ega-Kono-Ha, quant à eux, sont des dominateurs absolus impitoyables. Ils ont envahi le Rwanda au 16ème siècle et depuis lors, ils refusent carrément de s’intégrer dans la civilisation Bantu-Hutu d’accueil. Le Rwanda doit être centré sur eux-mêmes et non autre chose. Ils ne peuvent vivre au Rwanda qu’en le dominant. Ils n’ont rien à foutre d’un Rwanda qu’ils ne dominent pas. Au besoin, ils se donnent pour objectif de minoriser l’immense majorité par des tueries, des prisons, des expropriations, des exils, la vasectomie, etc. Ils narguent ces foules Hutu-Tutsi-Twa traumatisées avec l’allégorie suivante : « Nous avons assez de moulins à éleusine africaine ! » ou « Avec une capsule de bouteille de bière, on peut vider un tonneau rempli d’eau ! ». Ils n’acceptent pas la Démocratie et ils refusent évidemment les conseils pratiques des pays amis occidentaux. Pour eux, la Démocratie n’est pas une tradition africaine. C’est plutôt une tradition exclusivement occidentale, ce qui est tout-à-fait faux.

  1. Hostilité des Intégristes Hima à l’Indépendance politique et à la Démocratie

Il y a lieu de se référer, à ce propos, au reportage de Jeune Afrique du 20 septembre 2017, intitulé : « Lors de son passage à New York, le président du Rwanda Paul Kagame a estimé que « La Démocratie à l’Occidentale » ne pouvait pas s’appliquer à tout le monde et a fustigé un double discours de la part des pays occidentaux. La Démocratie occidentale, qu’est-ce que cela veut dire ? —— ». Les stratégies argumentatives dont il s’agit ici sont dénuées de tout fondement pour plusieurs raisons.

D’abord, ce n’est pas par des moyens démocratiques que lui-même Rwabujindili I Kagame Paul a accédé au pouvoir et s’y maintient. Après une longue transition de 9 ans, il a, en plus, encaissé deux mandats de 7 ans, soit 14 ans sans n’avoir jamais gagné aucune élection. Une génération vient de passer. Une autre arrive. Cela devrait quand même être pris en considération car pour se transformer, la société doit se reproduire. Rwabujindili I Kagame Paul devrait donc cesser de trop s’enorgueillir et se rappeler que ce n’est pas le FPR-Inkotanyi qui a pris le pouvoir au Rwanda en 1994. Ce sont les forces armées étrangères Hima-Tutsi soutenues par les USA, l’UK, la Belgique et des Peuhls Sénégalais. Ceux-ci s’imaginent à faux titre qu’ils sont plus proches des Hima-Tutsi que des Bantu-Hutu ou des Pygmées-Twa et, faisant bassement la discrimination tribale entre leurs chouchous Hima-Tutsi et les autres, ils s’immiscent constamment dans les affaires intérieures rwando-rwandaises ou burundo-burundaises, alors même que l’inverse n’est pas vrai. Et qui pis est, ces chenapans osent s’appeler des Panafricanistes ! Le fait est que depuis que ces faux descendants de Pharaons Égyptiens se sont ré-emparés du Rwanda, et le dominent en maîtres absolus de bout en bout, ils ont un mépris absolu des Bantu Nilotiques. C’est un fait historique très regrettable et très gros de conséquences. À bon entendeur, salut !

Comme tous les Intégristes Hima Rwandais, Rwabujindili I Kagame Paul ne veut pas savoir ce que c’est l’Indépendance politique. Pourtant, les définitions de l’Indépendance politique ou de la Démocratie sont limpides. Si les Coloniaux belges sont partis, cela ne veut pas dire que les Intégristes coloniaux Hima qui colonisaient le Rwanda depuis le 16ème siècle main dans la main avec les Négriers Arabes, peuvent reprendre et continuer leur colonisation du Rwanda. L’Indépendance politique d’un peuple signifie d’un côté par rapport aux coloniaux étrangers et de l’autre, par rapport aux coloniaux nationaux. Ce qui se passe aujourd’hui au Rwanda s’appelle l’auto colonisation. Cela veut dire que le Colonisateur belge est parti, mais que l’ancien Colonisateur intégriste Hima/Ega-Kono-Ha (+/-3% de la population rwandaise) a repris de plus bel sa colonisation du Rwanda en 1994. En bref, l’Indépendance et la Démocratie sont très fortement associées. Pas de Démocratie, pas d’Indépendance politique. Pas d’Indépendance politique, pas de Développement. Aujourd’hui, les populations Basangwabutaka/Hutu-Twa-Tutsi [+/-97 % de la population rwandaise] exigent la Démocratie et l’écroulement du système colonial négrier intégriste Hima. Autant la Communauté internationale a combattu la colonisation externe belge, autant elle se doit de combattre la colonisation interne négrière intégriste Hima.

  1. La part imputable sur le compte du Colonialiste belge

Contrairement aux Français et aux Anglais, le plus grand tort du Colonisateur belge a été justement d’agir en complicité avec les Négriers intégristes Hima, matrimonialement alliés à des Négriers Arabes. Le Colonisateur belge était brouillon, dévergondé, trop léger, crapuleux, etc. Il n’avait pas assez de personnel colonial pour le Rwanda, le Burundi et le Congo [= grand comme quatre fois la France, quatre-vingt fois la Belgique, une fois et demie plus grand que le Québec (Canada), etc.]. Alors il envoyait dans l’administration des colonies, tout voyou volontaire, tout truand aventurier, voire même des prisonniers libérés et directement sortis de prison. Avant le départ, ils recevaient une formation militaire, des armes, des minutions et d’affreuses instructions colonialistes belges. Le Colonisateur belge a détruit, ravagé et saccagé la société rwandaise, burundaise ou congolaise. La colonisation belge a décuplé le traumatisme et les misères du peuple Basangwabutaka/Hutu-Twa-Tutsi. Les génocides sont les effets de l’interaction de la double colonisation belgo-intégriste Hima. Voilà pourquoi il n’est pas possible de transformer profondément la société rwandaise ou burundaise sans affronter idéologiquement le Colonialiste belge et le Colonisateur intégriste Hima, puisqu’ils sont très hostiles à la décolonisation, à l’Indépendance et à la Démocratie. Ils n’acceptent pas l’existence politique des Hutu, des Twa et des Tutsi et ils sont inter reliés.

Assurément, la Démocratie fait partie des droits naturels, inaliénables et sacrés de L’Homme. Celle-ci est absolument obligatoire partout au Monde, voire même au Rwanda. Les Humains sont tous identiques par rapport à l’Humanité. Toute personne humaine de toute société doit être traitée avec Humanité, y compris un Hutu Rwandais, un Tutsi Rwandais ou un Twa Rwandais.

  1. Une violence d’État impitoyable

Par ailleurs, Rwabujindili I Kagame Paul ne comprend même pas le sujet. La Démocratie pluraliste est un produit fini récent de la Science politique. Ce n’est pas une tradition occidentale, puisque c’est justement en Allemagne Nazie qu’est né le Totalitarisme moderne qu’adorent les Bami négriers postcoloniaux africains. Il importe donc de faire remarquer que même le Totalitarisme moderne lui-même n’est pas africain. Il a été importé de l’Occident en Afrique. C’est une trouvaille hitlérienne. Ce n’est pas une fatalité intérieure historique africaine. La pauvreté absolue n’est pas non plus une fatalité intérieure historique africaine. Elle est créée exprès par des vampires armés. L’Afrique ancienne n’était pas du tout gouvernée comme cela. C’est la traite négrière, la colonisation belge et une pseudo indépendance bien empoisonnée, qui ont tout chambardé. À l’exception des Bami négriers intégristes Hima Rwandais, tous les autres rois du Plateau africain des grands lacs étaient des Bahinza, des Bagabe, des Bakama, des Kabaka, des Bami Tutsi intégrés-modérés, etc. Il y avait partout des contre-pouvoirs féodaux. Ce n’était pas du tout des « Führer ».

Pour lors, il est très étonnant qu’aujourd’hui, Paul Kagame Rwabujindili débite exactement les mêmes stupidités que Juvénal Habyalimana Rutemayeze à La Baule en France, le 20/06/1990 ! Au fait, seuls comptent leurs propres intérêts ethnocentristes régionaux ou tribaux. Alors, ils se donnent les moyens d’empêcher l’expression des intérêts de tous les autres groupes sociaux, -pourtant immensément majoritaires. C’est cela la cause des guerres civiles. Le pouvoir qu’ils veulent tant par la force et par la violence, d’autres aussi le veulent tant par la force et par la violence. Et c’est ainsi que, le 06 avril 1994, Paul Kagame Rwabujindili n’as pas hésité à descendre Juvénal Habyalimana Rutemayeze, qui lui-même, -ce grand criminel Kiga-, avait martyrisé et assassiné très lâchement le tout premier Président de la République rwandaise, en l’occurrence Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge et plus d’une centaine de ses collaborateurs. En définitive, autant que Juvénal Habyalimana Rutemayeze, Paul Kagame Rwabujindili est l’exemple archétypal de « Führer africain postcolonial ». Il fait la pluie et le beau temps. Il est l’Alpha et l’Oméga. Depuis le coup d’État belgo-kiga du 05/07/1973, aucun changement politique n’est possible au Rwanda par des moyens démocratiques.

Voilà l’espèce de tyran militaire sanguinaire génocidaire qui tient tout un peuple en esclavage. À l’instar d’Idi Amin Dada de L’Ouganda, de Mobutu Sese Seko du Zaïre, de Michel Micombero du Burundi, de Juvénal Habyalimana Rutemayeze du Rwanda, Paul Kagame Rwabujindili n’a reçu qu’une formation militaire rudimentaire. Son secret, c’est la ruse et la cruauté. Il sait très bien feindre. Il manipule et utilise les militaires. Ceux-ci prennent le pouvoir par la force et par la violence. Par après, le tyran rafle toute la mise, casse tous ses camarades et s’entoure d’une clique de vautours, de requins, d’auxiliaires ou de vrais pantins dépersonnalisés de l’acabit de Jean Ngayinteranya, Aloys Ntiwiragabo, Laurent Serubuga, Anatole Nsengiyumva, Jack Nziza, Francis Kaboneka, etc. Puis, il singe Adolf Hitler. Au fait, la loi militaire sanguinaire rwandaise veut que pour s’y mettre, on tue celui qui y est, quelles que soient les hécatombes et que, quand on y est, on monopolise le Tout jusqu’à ce qu’on soit soi-même tué. C’est un jeu macabre à somme nulle. Il s’agit d’une violence d’État impitoyable. Nulle part au Monde la violence d’État ne devrait être érigée en mode de gouvernement au 21ème siècle, même pas en Afrique noire.

G. Observations générales

De ce qui précède, il ressort un certain nombre d’observations générales.

Premièrement, la rencontre du 18 septembre 2017 à New York entre le Chef d’État Français et le Mwami négrier intégriste Hima Rwabujindili I Kagame Paul est un fiasco. Il est illusoire d’appeler sur le caractère impérieux de la Paix et de la Sécurité en Afrique l’attention d’un type avec qui on a des démêlés insolubles. Les intérêts sont inconciliables. Il semblerait que l’objet de la rencontre ne fût pas de s’immiscer dans les affaires intérieures respectives, mais que le prétexte fût plutôt de parler de collaboration étroite dans des missions communes de maintien de la Paix et de la Sécurité en Afrique. Néanmoins, le fait est que l’évènement a été très mal représenté, puis exploité et interprété par le FPR-Inkotanyi à des fins ethnocentristes intégristes Hima. Cela les a gonflés d’orgueil.

Or, force est de constater que les Intégristes Hima rwandais ont une haine implacable pour la France, laquelle haine s’explique essentiellement par trois variables qualitatives explicatives. D’abord, l’affaire de l’avion présidentiel Falcon 50, –piloté par deux pilotes et un mécanicien Français-, abattu par le FPR-Inkotanyi à Masaka le 06 avril 1994, sous les ordres directs du plus grand criminel ex aequo Rwandais Paul Kagame Rwabujindili, laquelle affaire se trouve entre les mains de la Justice française. Soit, ex aequo sur le même rang que les très fameux monstres sanguinaires historiques rwandais [= Ibinywamaraso] : Kigeli III Ndabarasa (18ème siècle), Kigeli IV Rwabugili (19ème siècle), Juvénal Habyalimana Rutemayeze (20ème siècle), NYIRAYUHI V KANJOGERA INJOGE [= arrière grand-tante paternelle de Paul Kagame (20ème siècle)] et RWIDEGEMBYA rwa Cyigenza cya Rwâkagâra [= arrière grand-père paternel de Paul Kagame (20ème siècle)]. Or, pour le régime intégriste Hima, c’est un danger de mort. Tout doit donc être fait pour l’étouffer, soit en créant le brouillard, soit en allumant un contre-feu, soit en râlant à tort et à travers.

Par ailleurs, de 1994 à aujourd’hui, la France et le FPR-Inkotanyi ont eu plusieurs autres démêlés très considérables. L’Opération turquoise a frustré le FPR-Inkotanyi dans son espérance de dévorer son gibier Hutu, Twa ou Tutsi modéré. Après le départ de la France, le FPR-Inkotanyi va poursuivre son gibier jusqu’à l’extrémité occidentale du Zaïre. Il souhaitait la destruction totale de tous les réfugiés Basangwabutaka/Hutu-Twa-Tutsi. Et il n’a pas compris comment une partie d’entre eux lui a échappé. Or, la France en a accueilli beaucoup d’entre eux. Il se dit aussi, mais c’est à vérifier, que de nombreux réfugiés politiques rwandais (= journalistes, militants des droits de l’Homme, politiques, ecclésiastiques, religieux, persécutés ou très gravement menacés, etc.), qui ont pu se sauver jusqu’en Suisse, en Suède, en Norvège, en Belgique, etc., ne l’ont pu que grâce à des coups de pouce ou des visas français, ni vu ni connu. Or, aider ou donner refuge à un gibier Hutu, Twa ou Tutsi modéré poursuivi par le FPR-Inkotanyi, pour les intégristes Hima maîtres absolus du Rwanda, c’est un crime impardonnable.

Et ce n’est pas tout. Aujourd’hui, tous ces réfugiés politiques rwandais ont été reconnus en Occident ou naturalisés et ils vivent comme des Humains. Et qui pis est, ils réfléchissent, parlent ou écrivent leurs pensées anti-intégristes Hima. L’Histoire du Rwanda notera, par exemple, que c’est l’exil des Basangwabutaka/Hutu-Twa-Tutsi en Occident qui aura très grandement contribué au progrès des Sciences politiques rwandaises, étant donné qu’il aura permis la publication d’ouvrages qu’il était impossible de produire au Rwanda de Juvénal Habyalimana Rutemayeze ou de Paul Kagame Rwabujindili.

Bien entendu, tout cela cause au FPR-Inkotanyi une douleur insupportable d’autant plus que celui-ci se rend compte que son Totalitarisme postcolonial intégriste Hima [= Igisuti] est voué à l’échec et que son régime politique très négatif touche à sa fin. C’est l’agonie de son règne et c’est donc l’énergie de l’agonie.

En résumé, la France est un bouc-émissaire que les Intégristes Hima et leurs alliés matrimoniaux Blancs Occidentaux chargent stratégiquement tous les péchés possibles et imaginables, y compris les propres péchés du Colonialiste belge. Or, la France n’a jamais colonisé le Rwanda et n’a jamais rien fait de tout ce dont on l’accuse très faussement. En un mot, La France devrait avoir la conscience en Paix. Au Rwanda, La France a accompli une mission onusienne avec professionnalisme et abnégation.

H. Conclusion

Pour terminer, le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] prie d’abord les autorités françaises de bien vouloir excuser son style politiste et peut-être même assez peu courtois. Il y a un temps pour l’idéologie révolutionnaire et un temps pour la diplomatie mirobolante. En tout cas, l’avantage subséquent des textes du MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] est qu’ils donnent une vue d’en bas au moment où la plupart d’autres intervenants donnent une vue d’en haut. La vraie éloquence, c’est dire la vérité.

Assurément, nous sommes tous la même Humanité. L’Humanité est une et une seule. La déclaration universelle des droits de l’Homme est un ensemble de valeurs et de principes incombant à tout le monde, y compris au Mwami négrier intégriste Hima Rwabujindili I Kagame Paul. L’aide au Développement devrait donc être liée à la Démocratie pluraliste. Le fait est que dans sa forme actuelle, l’aide au Développement n’est vraiment pas une aide au Développement. Au contraire, au Rwanda, elle finance le Totalitarisme postcolonial.

Ensuite, le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] a tout de même le plaisir de constater que plusieurs pays ayant précédemment soutenu le FPR-Inkotanyi [= USA, UK, Espagne, —-], à l’exception de l’ancienne puissance coloniale belge des « très Pro-Intégristes-Hima » Michel, se distancient de plus en plus de la tyrannie militaire sanguinaire génocidaire des Intégristes Hima rwandais. En guise d’illustration, au même moment à New York, à l’Assemblée générale de l’ONU, Donald Trump ignore complètement Paul Kagame Rwabujindili [= Veuillez bien regarder cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=FEUUJQLNaUA ], le démystifie et, –le comble de l’indifférence à l’égard de ce type-là, Donald Trump refuse carrément de l’inviter au banquet qu’il donne en l’honneur des chefs d’État amis africains, considérés par Washington comme dignes de respect :

[= Référence : https://www.youtube.com/watch?v=YYaY4L9OQPs ].

En définitive, en ami de la France, le MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] espère qu’il en sera ainsi encore davantage pour la part de la France dans les prochains jours. Rien de bon ne peut sortir de l’Intégrisme Hima. Certes, les baisers d’un ennemi sont trompeurs, à plus forte raison ceux d’un Mwami négrier intégriste Hima rwandais [= Umwami w’Igisuti, wigize Ikinani mu Rwanda].

Enfin, il n’est pas besoin de répéter ici les souhaits précis du MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] déjà dûment formulés dans la lettre de transmission du présent document.

Fait à Rouen, le 05 octobre 2017  

Mwalimu MUREME Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais [= M.C.R. (= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes)]

Pour commander ses livres : prière de bien vouloir utiliser le formulaire du site web : http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/category/edition-sciporwa/

Pièce jointe : Ouvrages publiés par Mwalimu MUREME Kubwimana dans le cadre du MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes]

 Ouvrages publiés par Mwalimu MUREME Kubwimana dans le cadre du MCR [= Abasangirangendo : Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes]

  • MUREME Kubwimana, Cours d’Introduction générale aux Sciences historiques rwandaises, Édition SCIPORWA, Rouen, janvier 2017, (294 pages)
  • MUREME Kubwimana, Cours d’Histoire du Rwanda ancien, Tome 1 – Inganji Rwôga, La 1ère Dynastie Hima-Tutsi/Nyiginya-Sindi, 1ère Réédition, Édition SCIPORWA, Rouen, juillet 2017 (368 pages)
  • MUREME Kubwimana, Cours d’Histoire du Rwanda ancien, Tome 2 – Inganji Kalinga, La 2ème Dynastie Hima-Tutsi/Gesera-Hinda, déguisée en Nyiginya-Sindi, 1ère Réédition, Édition SCIPORWA, Rouen, octobre 2017 (456 pages)
  • MUREME Kubwimana, Théorie de la Spirale de la violence rwandaise, Thèse de Doctorat de Spécialisation en Sciences politiques rwandaises, Édition SCIPORWA, Rouen, mars 2017 (286 pages)
  • MUREME Kubwimana, Manuel d’Histoire du Rwanda à l’époque coloniale suivant le modèle Mgr Alexis Kagame, L’Harmattan, collections études africaines, Paris, 2010 (594 pages)
  • MUREME Kubwimana, Manuel d’Histoire politique et sociale du Rwanda contemporain suivant le modèle Mgr Kagame, Tome 1 : La révolution rwandaise et la première république rwandaise, L’Harmattan, collections études africaines, Paris, 2012 (434 pages)
  • MUREME Kubwimana, Manuel d’Histoire politique et sociale du Rwanda contemporain suivant le modèle Mgr Alexis Kagame, Tome 2 : Du coup d’état militaire du 05 juillet 1973 au Génocide rwandais, L’Harmattan, collections études africaines, Paris (438 pages)
  • MUREME Kubwimana, Manuel de Sociologie politique rwandaise approfondie, Tome 1 : Le Rwanda, Un État-nation unitaire millénaire, L’Harmattan, Paris, 2014 (510 pages)
  • MUREME Kubwimana, Manuel de Sociologie politique rwandaise approfondie, Tome 2 : La spirale de la violence rwandaise, L’Harmattan, Paris, 2014 (650 pages)
  • MUREME Kubwimana, Manuel d’études du Développement du Rwanda : le projet centriste révolutionnaire rwandais, L’Harmattan, Paris, 2014 (310 pages)
  • MUREME Kubwimana, Manuel d’Histoire du Rwanda ancien suivant le modèle Mgr Alexis Kagame, L’Harmattan, collections études africaines, Paris, 2010 (638 pages) [= Clôturé, liquidé, fini et terminé].