Rwanda – Burundi – Droit de Réponse : Inganji Kalinga est un ouvrage scientifique de grande valeur. Et Mgr Alexis Kagame Se-Mateka n’était pas un raciste.

MUREME Kubwimana

E-mail : mureme50@yahoo.com

Site web : http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/

Paris, le 19 novembre 2017

 

Monsieur l’Administrateur du Site web

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org

c/o Rubrique contact,  BURUNDI

 

Objet : Inganji Kalinga est un ouvrage scientifique de grande valeur. Et Mgr Alexis Kagame Se-Mateka n’était pas un raciste.

Monsieur l’Administrateur,

 

Je me permets de vous écrire pour porter à votre connaissance que je lis souvent des articles que vous publiez sur votre site web et qu’en général, j’en apprécie les grandes lignes.

Cependant, par la présente, je me dois de vous adresser l’expression de ma contestation catégorique des propos archifaux que vous avez tenus au sujet de l’ouvrage « Inganji Kalinga » et de Mgr Alexis Kagame Se-Mateka dans l’article intitulé « Burundi : L’allergie des Hima à la Démocratie africaine » publié sur votre site web le 02 novembre 2017 et ayant pour auteur TURAGIRIMANA François, géographe et historien de formation.

Je déments formellement votre écrit plus précisément en ses paragraphes 11, 12, 13, et 14 consacrés au Rwanda et où il est dit ce qui suit :

« Ainsi depuis le 16ème siècle à 1959, les HIMA ont régné au RWANDA. Aujourd’hui, contrairement aux idées reçues, les HIMA ne gouvernent plus le RWANDA où le clan des BEGA (le Dictateur KAGAME) semble être à la commande, avec un fort soutien d’un groupe de HIMA toutefois. L’étoile des BEGA est invisible aussi sous le ciel du RWANDA, tout comme celle des HIMA. Selon la TRADITION INSTITUTIONNELLE DEMOCRATIQUE AFRICAINE-, ni les BEGA, ni les HIMA, ne peuvent FAIRE PARTIE DES BANYIGINYA et  construire un TAMBOUR au RWANDA.

Selon le COLON BELGE M. d’HERTEFELT, reprenant J. Vansina, en 1964, ce sont les BAHINDA HIMA, sous couvert de leur nouvelle IDENTITE BANYIGINYA, qui, après avoir pris l’identité de GIHANGA, ont des-harmonisé les corporations existantes au RWANDA, en faisant répandre un Mythe qui leur étaient taillés sur mesure. Le Mythe des BAHINDA BAHIMA, devenu maître au RWANDA, racontait que « IMANA (DIEU) voulait imposer une épreuve à un TUTSI, un HUTU et un TWA des temps cosmogoniques pour savoir à qui il confierait le pouvoir sur les autres ; donnait à chacun d’eux un pot de lait avec mission de le garder soigneusement durant la nuit. Le glouton TWA ne sut pas contenir sa soif. Le HUTU s’endormit et renversa son lait. Seul le TUTSI put présenter le lendemain son pot de lait à IMANA. Depuis lors, le TUTSI peut commander aux HUTU et aux TWA ».

Par la suite, fin 19ème siècle et début 20ème, l’apparition de l’institution de l’Uburetwa aggrava et envenima le clivage HUTU – TUTSI. En 1910, c’est l’Allemand M. WEISS dans « Die Volkerstämme im Norden Deutsch-Ostafrikas » qui va associer les HIMA ( qu’ils connaissaient à MPORORO en Ouganda, district Kigezi ) aux TUTSI du RUANDA-URUNDI (Barundi et Rwandais), en « blanchissant » le TUTSI ( Les Batutsi devant une ethnie qui n’est pas Bantu, mais bien Hamites).

En 1943, l’Abbé Alexis Kagame, dans – Inganji Kalinga -, en langue KINYARWANDA, va propager ces «schémas racistes» de WEISS, Père Loupias (1908), et du Père Albert Pagès, au sein de l’élite (aux universités de BUTARE et LOVANIUM) et des sociétés Rwandaises et Burundaises. Son influence sera si profonde sur les mentalités des Barundi et des Rwandais que jusqu’aujourd’hui cela l’est encore. Le texte faisait foi car il était écrit en langue autochtone.  DESORMAIS HUTU et TUTSI étaient des ethnies distincts, et les HIMA était TUTSI. Au Burundi, jusqu’aujourd’hui, beaucoup de Barundi parmi l’élite EDUQUEE confonde les HIMA aux TUTSI BARUNDI. ».

Mon droit de réponse s’exerce sur plusieurs points.

A. Quelques faits indéniables prouvant la fausseté absolue de votre dire

  1. À l’époque coloniale, de 1900 à 1962, il n’y avait pas d’université au Rwanda. Donc, Alexis Kagame ne pouvait pas propager des schémas racistes dans une université qui n’existait pas.
  2. Alexis Kagame n’a jamais enseigné à l’Université Louvanium. Donc, il n’y a pas propagé des schémas racistes.
  3. Jusqu’en 1955, à 43 ans, Alexis Kagame n’avait même pas de diplôme universitaire de Licence. Donc, il ne pouvait enseigner dans aucune université.
  4. En vérité, non seulement le Colonisateur belge avait refusé de fonder une école supérieure au Ruanda-Urundi, mais surtout il avait catégoriquement refusé que des indigènes puissent aller faire des études supérieures à l’étranger. Il y avait trop d’injustices et trop de lamentations au Ruanda-Urundi. Cette situation a été débloquée en 1951 par le Conseil de Tutelle des Nations Unies. C’est alors que, de septembre 1952 à la fin de juin 1955, Alexis Kagame a pu faire ses études universitaires à Rome, à la Grégorienne où il a soutenu une thèse de Doctorat intitulée « La Philosophie Bantu rwandaise de l’Être ».
  5. Et qui pis est, jusqu’au 21 décembre 1961, tout écrit publiable au Rwanda, voire même un simple communiqué, devait d’abord être censuré par les services secrets coloniaux belges. Alexis Kagame était donc menotté par le Colonisateur belge.

Tant de faits indéniables s’expliquent par ce que, à l’époque coloniale belge, il était strictement interdit aux Rwandais et aux Burundais d’écrire l’Histoire du Rwanda ou du Burundi en français. Tout était fait pour les hébéter et les endormir.

Seuls pouvaient inventer à plaisir des mensonges et massacrer à volonté l’Histoire du Rwanda ou du Burundi les coloniaux belges Jan Vansina, Marcel D’Hertefelt, Marcel Pochet, Jean-Paul Harroy, Jean-Jacques Maquet, Luc De Heusch, Hans Meyer, Julien Nyssens, Louis Jaspers et Machin Chouette. Leur but était justement de détruire la Culture rwandaise, d’atomiser [= gucagagura] et de désorganiser la Société rwandaise, de planifier la colonisation belge pour deux-cents ans, disaient-ils, et donc de diviser pour mieux régner. Comme ce sont de grands Batekamutwe, alors, ils se citent réciproquement, interminablement, à tort et à travers. Ces requins, ces monstres prédateurs, ces sépulcres blanchis faisaient du Rwanda ou du Burundi tout ce qu’ils voulaient. Et les voilà aujourd’hui entrain d’embellir l’Histoire de la colonisation belge !

B. Exactitude de la collaboration étroite entre Mgr Alexis Kagame Se-Mateka et Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge

Cela est vrai. Je le confirme.

Après le recouvrement de l’Indépendance le 01 juillet 1962, le tout Premier Président de la République rwandaise, Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge rejeta très catégoriquement la théorie coloniale belge ; convoqua Alexis Kagame ; le chargea de traduire en français un texte d’Histoire du Rwanda qu’il avait écrit en Kinyarwanda en 1943 et qui était intitulé « Inganji Kalinga ». De là a donc découlé le premier manuel d’Histoire du Rwanda, écrit justement par Mgr Alexis Kagame Se-Mateka et validé par l’État rwandais. C’est cela le modèle Mgr Alexis Kagame qui, après le décès de celui-ci le 02 décembre 1981, grâce à son continuateur Mwalimu Mureme Kubwimana, est devenu le modèle AKM « Mgr Alexis Kagame et Mureme ».

C. Quelle différence y a-t-il entre le modèle AKM « Mgr Alexis Kagame et Mureme » et le modèle colonial belge ?

Alors que les coloniaux belges avancent que le Rwanda est un État artificiel créé par le Colonisateur européen, les Rwandais, quant à eux, affirment mordicus que leur Rwanda-rugali-rwa-Gasabo est un État-nation unitaire millénaire ; que la Société rwandaise a une épaisseur historique et culturelle extrêmement vaste et que la Société rwandaise n’est pas une société multiethnique à l’instar de la Belgique avec des Flamands parlant flamand en Flandre, des Wallons parlant français-wallon en Wallonie, etc. Les Hutu, les Tutsi et les Twa sont des Amôko, c’est-à-dire des anciennes castes du Rwanda ancien. Autrement dit, ce sont des ethos de castes ou des sous-populations statistiques [= Amôko y’Abanyarwanda] et non des ethnies [= Amayetini]. [= Ni Amôko y’Abanyarwanda ; ntabwo ali amayetini atuye u-Rwanda]. On a des Hima Bêga (exemple : Paul Kagame Rwabujindili) ; des Tutsi Bêga ; des Hutu Bêga (exemple : Joseph Gitera Se-Republika) ; des Twa Bêga ; etc. On a des Tutsi descendants des Twa. On a des Hutu descendants des Hima. On a des Hutu descendants des Tutsi. On a des Tutsi descendants des Hutu. En un mot, la Société rwandaise est une société résultante de la société Hima-Tutsi, -également dite Hamite ou Nilotique-, de la société Bantu-Hutu et de la société Pygmoïde-Twa. Voilà notre dire ! Il ne faut pas nous faire dire ce que nous n’avons jamais dit. C’est vraiment trop complexe pour un charlatan colonial belge.

Cette vérité objective absolue est évidemment insupportable pour le colonialiste belge qui, lui, tient à être le créateur, le fondateur, le découvreur, l’éducateur, l’évangélisateur, le bienfaiteur, et le saint civilisateur chrétien de tout ce qui existe au Rwanda. Ils sont très terribles, ces colonialistes belges. Ils sont vraiment crétins ! Ils ne cessent de vouloir écrire notre Histoire en notre lieu et place, et de vouloir nous organiser ! Quel droit a-t-elle, la Belgique, au patrimoine historique et culturel rwandais ?

Au modèle AKM « Mgr Alexis Kagame et Mureme », nous affirmons à haute et intelligible voix que nous n’avons aucun compte à leur rendre. Les systèmes rwandais de représentation du Monde sont des domaines réservés aux Rwandais eux-mêmes. Nous avons nos propres logiques et nos propres critères de scientificité. La Belgique en a les siens.

D. Le modèle Akazu [= le Habyalimanisme] affilié au modèle colonial belge.

Le modèle Akazu est un modèle d’Histoire du Rwanda pratiqué par des Habyalimanistes [= Banyakazu], c’est-à-dire une minorité de Rwandais Extrémistes Hutu se disant Interahamwe ou Imhuzamugambi et pro-Néo-colonialistes belges.

Le fait est qu’après le coup d’État belgo-kiga du 05 juillet 1973, l’assassinat de Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge le 15 décembre 1976, et le décès de Mgr Alexis Kagame Se-Mateka le 02 décembre 1981, le dictateur rwandais Juvénal Habyalimana Rutemayeze a catégoriquement rejeté les manuels d’Histoire du Rwanda de Mgr Alexis Kagame Se-Mateka. Il recourut alors à l’expertise de prétendus spécialistes Belges et rappela les colonialistes belges. L’Histoire du Rwanda fut donc de nouveau réécrite par le père Roger Heremans et par Filip Reyntjens. Entre-temps, il envoya en formation Léon Mugesera. Il envoya également Ferdinand Nahimana en formation en France, où il eut pour Codirecteur Marcel D’Hertefelt, qui venait de Belgique.

De là a découlé le modèle Akazu dont les principaux architectes sont Ferdinand Nahimana, Léon Mugesera, Maniragaba Balibutsa, Innocent Nsengimana, Jean Bosco Barayagwiza, Gaspard Musabyimana, etc. Aujourd’hui, tout le monde sait très bien où cela les a menés. Le modèle Akazu a été condamné par la Communauté internationale. Ainsi donc, d’après TURAGIRIMANA François, -géographe et historien de formation-, si les Interahamwe ou Imhuzamugambi existent, c’est la faute à Mgr Alexis Kagame Se-Mateka qui a écrit « Inganji Kalinga » en Kinyarwanda en 1943. Quand même !!!???

En définitive, il est complètement erroné d’attribuer à Mgr Alexis Kagame Se-Mateka la paternité du modèle Akazu et une quelconque influence sous le règne de Juvénal Habyalimana Rutemayeze, à plus forte raison après son décès en 1981. En vérité, du 05 juillet 1973 au jour de son décès, Mgr Alexis Kagame Se-Mateka était marginalisé. Il n’a pas du tout collaboré avec l’Akazu. Cela, je le confirme.

E. Aversion du FPR-Inkotanyi contre le modèle AKM « Mgr Alexis Kagame et Mureme »

Après la contre-révolution rwandaise du 04 juillet 1994, le FPR-Inkotanyi rejeta autant le modèle Akazu que le modèle AKM. Les ouvrages du père Roger Heremans furent brûlés et Filip Reyntjens fut déclaré persona non grata. Alors, le FPR-Inkotanyi mit sur pied son propre modèle d’Histoire du Rwanda, en l’occurrence le modèle Siyasa. C’est lui qui prévaut aujourd’hui au Rwanda. Le modèle AKM « Mgr Alexis Kagame et Mureme » n’y est pas du tout pratiqué.

Aux yeux du FPR-Inkotanyi, le modèle AKM est un modèle propre à l’opposition politique extérieure. Il est donc absolument faux de raconter que sous le règne du FPR-Inkotanyi, Mgr Alexis Kagame Se-Mateka est vénéré et qu’il est le maître à penser des intégristes Hima qui sont au pouvoir au Rwanda. Pas du tout ! Pas du tout ! Au contraire, il est combattu.

F. Observations générales

Voilà la réalité réelle et l’évolution des modèles d’Histoire du Rwanda. J’espère que ces explications pourront éclairer davantage le public. Il ne faut pas tout confondre.

En résumé, « Inganji Kalinga » est un chef-d’œuvre historique rwandais. Ce n’est pas un ouvrage raciste. Il a été écrit en Kinyarwanda en 1943, édité en français en 1972-1973 par Alexis Kagame sous le haut patronage du Président de la République Son Excellence Dr Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge et récemment en 2017, perfectionné et réédité en France par Mwalimu Mureme Kubwimana, continuateur de Mgr Alexis Kagame Se-Mateka. Celui-ci n’était ni un intégriste Hima, ni un raciste. Pour contenter votre curiosité, j’ajoute que Mgr Alexis Kagame Se-Mateka était un Tutsi Musinga descendant des Barenge. Quant à son continuateur Mwalimu Mureme Kubwimana, c’est un Hutu, de père Hutu et de mère Hutu. Il n’est pas du tout un intégriste Hima. Il est même réfugié politique.

De là découlent justement l’objectivité, le non-biais, l’efficacité et la robustesse du modèle AKM « Mgr Alexis Kagame et Mureme ». C’est un modèle scientifique. Ce n’est pas un discours politique et encore moins un discours intégriste Hima.

G. Conclusion

Voilà donc des preuves matérielles prouvant la fausseté absolue de vos allégations. Il ne faut pas gober ce que disent les colonialistes belges. Il s’agit là d’une gigantesque manipulation colonialiste belge très bien conçue pour avoir des gens crédules. Coloniaux belges, missionnaires belges, professeurs belges ou politiciens belges, c’est kif-kif. Ce sont des colonialistes endurcis !

Revenant enfin à votre article, il y a lieu de souligner ce qui suit :

    1. Il est très impartial que votre article cite très abondamment des imposteurs coloniaux belges ; abonde dans le sens de leur propagande colonialiste belge ; prenne parti pour eux et ne daigne même pas citer une seule petite phrase d’une ligne écrite par Mgr Alexis Kagame Se-Mateka ou par Mwalimu Mureme Kubwimana prouvant leur intégrisme Hima, ou leur racisme.
    2. En vertu de quoi TURAGIRIMANA François prend-il Mgr Alexis Kagame Se-Mateka pour un Singe irréfléchi qui imite l’Homme blanc ? C’est très grave. On l’informe pour sa gouverne que le modèle AKM « Mgr Alexis Kagame et Mureme » et le modèle colonial, sont deux modèles complètement différents. Nous avons notre propre problématique, notre propre méthodologie, nos propres logiques et nos propres critères de scientificité. [= Uwo TURAGIRIMANA François, rwose, azitonde azaperereze ! Mbega agasuzuguro kaboze inyo !!?? Aramenye, aramenye ! Ntazongere kudusuzugura ! Abicikeho ! Ndamwihanije ! ].
    3. Il est très aberrant de faire crédit aux colonialistes belges, de valider leurs histoires invraisemblables et leurs mensonges grossiers et en même temps, d’ignorer carrément les auteurs Rwandais alors même qu’il s’agit d’Histoire du Rwanda.
    4. Il est complètement erroné d’imputer toutes les aberrations du modèle Akazu-MRND-CDR et du modèle Siyasa-FPR-Inkotanyi sur le compte de Mgr Alexis Kagame Se-Mateka qui n’y est absolument pour rien du tout.
    5. Il est en somme inacceptable de porter un jugement sur un ouvrage qu’on a jamais lu et surtout d’accuser des gens sans preuves.

En définitive, je vous serais reconnaissant de bien vouloir gommer cet incident en informant honnêtement les lecteurs. Se tromper est humain, mais persévérer dans l’erreur est diabolique.

Enfin, je vous prie de croire, Monsieur l’Administrateur, à l’expression de ma considération distinguée.

Mwalimu MUREME Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Représentant du modèle AKM « Mgr Alexis Kagame et Mureme »

Pour commander ses livres : prière de bien vouloir utiliser le formulaire du site web : http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/category/edition-sciporwa/

Références bibliographiques :

  • MUREME Kubwimana, Cours d’Introduction générale aux Sciences historiques rwandaises, Édition SCIPORWA, Rouen, janvier 2017, (294 pages)
  • MUREME Kubwimana, Cours d’Histoire du Rwanda ancien, Tome 1 – Inganji Rwôga, La 1ère Dynastie Hima-Tutsi/Nyiginya-Sindi, 1ère Réédition, Édition SCIPORWA, Rouen, juillet 2017 (368 pages)
  • MUREME Kubwimana, Cours d’Histoire du Rwanda ancien, Tome 2 – Inganji Kalinga, La 2ème Dynastie Hima-Tutsi/Gesera-Hinda, déguisée en Nyiginya-Sindi, 1ère Réédition, Édition SCIPORWA, Rouen, octobre 2017 (456 pages)
  • MUREME Kubwimana, Théorie de la Spirale de la violence rwandaise, Thèse de Doctorat de Spécialisation en Sciences politiques rwandaises, Édition SCIPORWA, Rouen, mars 2017 (286 pages)