Rwanda : Éclairement préliminaire à la prise de position du Mcr Abasangirangendo sur la rébellion nyungwensis du MRCD-FLN [= les Banyangiga]

Mwalimu MUREME Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais Mcr Abasangirangendo [= les Centristes Gitéristes-Kayibandistes]

Pour commander ses livres : prière de bien vouloir utiliser le formulaire du site web : http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/category/edition-sciporwa/

 A. Préambule

On m’a déjà dit que mes articles sont longs. Je n’y peux rien. Ce sont des articles scientifiques. Un article scientifique fait au moins dix pages. Pourquoi ?

Nous sommes entrain de mener la barque du Processus révolutionnaire de la 2ème Révolution rwandaise. De même que la 1ère Révolution rwandaise ne cesse d’être étudiée, de même la 2ème Révolution rwandaise ne cessera d’être étudiée pendant des siècles des siècles. Voilà le bien-fondé des ouvrages scientifiques. Déjà à lui seul, le présent processus révolutionnaire de la 2ème Révolution rwandaise est un thème très vaste. À l’avenir, dans 30 ans, dans 50 ans, dans 100 ans, …, –quand nous serons tous morts-, il pourrait faire l’objet d’une série de thèses de Doctorat. Voilà pourquoi, quand le politologue écrit, il pense aux générations futures. Il est obligé de s’adresser à la fois aux Contemporains et aux générations futures.

Hélas, un article très court qu’aiment les Contemporains ne convient pas du tout aux générations futures qui, elles, seront de beaucoup plus distanciées et plus exigeantes. Ce qui est évident pour les Contemporains, sera très curieux pour les générations futures, voire même pour les Étrangers. Toujours est-il qu’il faut répéter qu’un politologue n’est ni un journaliste ni un propagateur, ni un vulgarisateur, et que son style n’est pas un style journalistique. En outre, il ne sied pas de donner une réponse simple à une question complexe. Autant alors se comporter somme un journaliste et ne se contenter que d’exposer les faits sans rien qualifier et sans rien analyser. Il est tout de même inacceptable de faire des déclarations sans faits établis.

Les générations rwandaises futures seront plus scientifiques que la présente génération. Il faut s’y attendre et éviter le mensonge, la tromperie, le travestissement, et la manipulation. Il est, par exemple, absurde de mentir que Dominique Mbonyumutwa fut le 1er Président de la République rwandaise alors même que le coup d’État belgo-Hutu du 28/01/1961 à Gitarama a été invalidé sans appel par « LA RÉSOLUTION N° 1605 (XV) 21 AVRIL 1961 DES NATIONS UNIES ». [= Amagambo yashize ivuga, ntiyisha abagabo izuba !].

En un mot, le politologue est un médecin sociétal. Il n’écoute pas ce que disent les gens. Il observe, prouve, vérifie et n’écoute que ce que lui dicte sa propre conscience professionnelle. Donc, je continuerai à écrire des articles longs. Si demain je me mettais à écrire des articles très courts, d’autres gens viendraient me dire : « Oui, mais, c’est bidon ! Ce n’est pas bien expliqué. Ce n’est pas bien illustré. Ce n’est pas bien analysé. C’est du n’importe quoi ! ». Et alors ? Que faire ?

B. Introduction

Le présent article a pour but de faire l’éclairement préliminaire nécessaire à la prise de position du Mcr Abasangirangendo [= les Centristes Gitéristes-Kayibandistes] sur la rébellion du MRCD-FLN [= Le mouvement Rwandais pour le changement démocratique] couvant depuis le 19 juin 2018 dans la forêt primaire de montagne de Nyungwe, dans sa partie sud, traditionnellement appelée « Ishyamba-lya-Ngiga », comprise entre le Kinyaga et le Buyenzi.

Cela va sans dire que le premier travail doit consister à étudier les 3 mouvements politiques constituant le MRCD-FLN, à savoir le PDR-Ihumure [= Parti pour la Démocratie au Rwanda], le CNRD-Ubwiyunge [= Conseil National pour le Renouveau et la Démocratie] et le RRM [= Mouvement révolutionnaire rwandais], mais tout en les plaçant dans le contexte sociopolitique général rwandais. Le prochain travail consistera alors dans la consolidation, dans l’étude du MRCD-FLN lui-même et dans la conclusion générale. Pour lors, il importe d’étudier brièvement l’Évolution du Pouvoir politique rwandais afin de très bien poser le Contexte sociopolitique général du Rwanda postcolonial, à la fin de la 2ème décennie du 21ème siècle. Cela veut donc dire qu’il faut établir le cône des castes rwandaises [= Igisuti] sous la 2ème Dynastie Hima-Tutsi / Gesera-Hinda, déguisée en Nyiginya-Sindi, ayant régné sur le Rwanda de 1 510 au 25/09/1961 et s’étant restaurée par la force et par la violence en 1 994.

Somme toute, les courants idéologiques rwandais ayant marqué le Rwanda postcolonial découlent essentiellement du Conflit politique et social séculaire existant entre, d’une part la Noblesse coloniale, intégriste, esclavagiste et négrière Hima-Tutsi, et d’autre part, les Masses populaires Hutu, Twa et Tutsi-Bantuisés [= Tutsi-Hinzi ou Tutsi-Bagufi] (= +/- 96% de la Population rwandaise), autrement dit les Basangwabutaka. Autant ceux-ci veulent à tout prix démolir le cône des castes rwandaises [= Igisuti], abolir la Noblesse Hima-Tutsi (= +/- 4% de la Population rwandaise), se libérer, se décoloniser, se ré-émanciper et se ré-affranchir ; autant la Noblesse Hima-Tutsi persiste à tout faire pour se maintenir ou si, –enfin abolie comme en 1 959-, pour conspirer à gauche et à droite, revenir par la force et la violence réimposer et sauvegarder son joug colonial, tyrannique et totalitaire noble Hima-Tutsi par tous les moyens possibles. C’est exactement cela qui s’est passé en 1990-1994.

Il s’agit donc bel et bien d’un Conflit politique et social séculaire. Il ne s’agit pas du tout d’ethnies. Ce sont des castes, SVP ! La Noblesse Hima-Tutsi est une caste coloniale, totalitaire, esclavagiste, négrière, des seigneurs oppresseurs (+/- 4% de la Population rwandaise), datant de 1 510. Les Hutu, les Twa et les Tutsi-Bantuisés sont une caste de misérables serfs opprimés. Indéniablement, il ne s’agit pas du tout d’un conflit ethnique. Il s’agit plutôt d’un système colonial, où l’on a, -non pas des ethnies-, mais plutôt le Colonisateur noble Hima-Tutsi et les colonisés Hutu et Twa, attendu que les Tutsi-Bantuisés sont compris dans le vocable « Hutu ». Autant le Colonisateur externe belge n’était pas une ethnie, autant le Colonisateur interne noble Hima-Tutsi n’est pas une ethnie. Il faut appeler les choses par leur nom. Le Conquérant qui conquiert un pays par les armes ne s’appelle pas « une ethnie ». Il s’appelle « le Colonisateur ». Si l’on ne comprend pas ça, l’on ne peut pas comprendre le présent processus révolutionnaire. Il n’y a pas d’ethnies au Rwanda. Il ne s’agit pas de chasser une ethnie. Il ne s’agit pas d’un conflit ethnique. Il s’agit de libérer, de décoloniser les Hutu et les Twa et de dé-totaliser la Noblesse Hima-Tutsi, par tous les moyens possibles, y compris par la rébellion. Le Peuple a le droit de se défendre. Chaque peuple a droit à l’Autodétermination.

Dans le présent article, il est donc question d’étudier, à la fin de la 2ème décennie du 21ème siècle, le positionnement politique et les options idéologiques des organisations politiques rwandaises en présence, entrain de lutter les unes contre les autres pour la Décolonisation, la Ré-émancipation, le Ré-affranchissement et la Revalorisation des Hutu, des Twa et des Tutsi-Bagufi (+/- 96% de la Population rwandaise). Par qui ou contre qui est-elle dirigée, cette lutte politique et sociale ? Dès lors, plusieurs questions centrales de départ et plusieurs questions secondaires dérivées se posent et il importe ou il importera d’y répondre adéquatement. Pour ce faire, le présent article s’impose une approche normative scientifique et une démarche thématique, chronologique, et dialectique.

Aussi est-il structuré comme suit :

  • Préambule
  • Introduction
  • Le cône des castes rwandaises sous la 2ème Dynastie Hima-Tutsi/Gesera-Hinda, déguisée en Nyiginya-Sindi.
  • La tradition révolutionnaire rwandaise
  • Les courants idéologiques rwandais ayant marqué le Rwanda postcolonial
  • Questions centrales de départ et questions secondaires dérivées
  • Conclusion
  • Références bibliographiques 

Nota Bene : Pour de plus amples détails, il y a lieu de lire en attache l’article tout entier

ÉCLAIREMENT PRÉLIMINAIRE À LA PRISE DE POSITION DU MCR ABASANGIRANGENDO SUR LA RÉBELLION NYUNGWENSIS DU MRCD-FLN