Rwanda : L’escroquerie politique du ministre Francis Kaboneka par « le faux et usage de faux »

MUREME Kubwimana, Centre 119, 82, Rue Jeanne d’Arc

76 000 ROUEN / FRANCE

Rouen, le 05 octobre 2015

Monsieur Francis Kaboneka, Ministre de l’Administration locale et des Affaires sociales (MINALOC)

KG 7 Ave, KIGALI, RWANDA

Objet : L’escroquerie politique du ministre Francis Kaboneka par « le faux et usage de faux ».

Monsieur le ministre,

Référence faite à votre prestation minable pendant la « 2015 IRYD GLOBAL YOUTH CONVENTION » qui a eu lieu à Montréal au Canada du 25 au 27 septembre 2015, en ma qualité de promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais [= M.C.R. (= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes)], je me dois de protester contre les absurdités que vous avez dites au sujet de Joseph Gitera Se-Republika et de Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge. Vous êtes un menteur et un Pan-Hima-Tutsiste sans vergogne. Joseph Gitera Se-Republika n’a jamais édicté ‘’les dix commandements des Hutu’’ que vous avez débités là-bas, Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge non plus. Vous lui prêtez des propos qu’il n’a jamais tenus. Votre intervention était parfaitement déplacée et absolument fausse. Le document que vous avez exhibé, soi-disant relatif ‘’aux dix commandements des Hutu’’, qu’eût publié Joseph Gitera Se-Republika, est un faux-faux, totalement faux.

À l’époque des faits, en effet, le Rwanda croulait à la fois sous le double joug du régime colonial belge et du régime mystico-patrimonial noble Tutsi. Il est tout de suite à faire remarquer que les Hutu, les Tutsi et les Twa du Rwanda sont les trois sous-populations statistiques rwandaises (= amôko), c’est-à-dire des résidus d’ethos d’anciennes castes du Rwanda ancien et non des ethnies (= amayetini) et que tous les Tutsi n’étaient pas de hauts, moyens ou bas nobles Tutsi. Il y avait plusieurs nobles Tutsi déchus (= évincés) ou Tutsi défavorisés, militants ou simples membres adhérents de l’APROSOMA de Joseph Gitera Se-Republika, de même que l’UNAR, -dont vous ne parlez même pas-, était présidée par un Hutu anobli, en l’occurrence François Rukeba. L’anoblissement était un acte formel de promotion d’une personne par la volonté du Mwami, provoquant un changement d’état social en lui conférant la noblesse tutsi. En vérité, la noblesse tutsi rwandaise constituait la caste supérieure rwandaise : une caste marquée par un fanatisme de caste et un orgueil nobiliaire démesuré.

En vérité, il est prohibé de s’attaquer à la personne de quelqu’un, -on n’en disconvient pas. Par contre, il était et il est tout à fait légitime de démolir la noblesse tutsi : une cohorte d’assassins, de vampires et de vils exploiteurs de la misère du peuple rwandais. Toujours est-il que les nobles Hima-Tutsi rwandais se croient issus des cuisses de Jupiter. Certes, la résistance contre l’oppression est un devoir. Tout bien considéré, Joseph Gitera Se-Republika et Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge sont des héros nationaux rwandais [= Barwanyaga urugomo, ubuhemu, ubugizibwanabi, ubugome, n’agasuzuguro by’intagondwa z’Abatutsi ziyitaga Impfura, ntibarwanyaga Ubututsi kuko n’abategarugoli babo bali Abatutsikazi].

Contrairement à ce que vous racontez, ce n’était ni des racistes, ni des tribalistes, ni des anarchistes ni des communistes. Qu’est-ce que cette manipulation politique : « Vous osez vous attaquer à notre Domination interne, à nos crimes, à nos abus, à nos privilèges exorbitants et à nos monopoles sociopolitiques, militaire, économique, foncier, financier, religieux, etc. ? Donc, vous vous attaquez à nos personnes sacrées ! Donc, vous êtes tribalistes ! Vous haïssez les Tutsi ! » ? Ah, bon ! [= Ba Sha ! Niba ali ibyo byabagaruye, muzongera mubone, muli i Rwanda (= la 2ème révolution rwandaise est absolument nécessaire)!].

Voilà pourquoi le Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais [= M.C.R. (= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes)] affirme et affirmera toujours que la première Révolution rwandaise de 1959 était absolument nécessaire. Le conflit rwandais est un conflit politique et social endogène concrétisé et non un conflit tribal, monsieur le ministre. Mystificateur ! S’attaquer au Totalitarisme tutsi ne veut pas dire s’attaquer aux Tutsi en tant que personnes. Critiquer les comportements, les fautes et les erreurs des gens ne veut pas dire s’attaquer à leurs personnes sacrées.

Assurément, il était impossible de publier le moindre écrit sans l’autorisation de l’administrateur en chef de la sureté du gouvernorat général du Congo belge et Ruanda-Urundi. [= Buli kantu kose gakomeye kamenyeshwaga sureté y’abakoloni b’Ababiligi. Nta kuntu rero Joseph Gitera Se-Republika yaba yarakoze ibintu nk’ibyo ngibyo, hakaba hashize imyaka hafi mirongo itandatu bitaramenyekana. Rwose, ibya Hassan Ngeze bijye bibazwa Hassan Ngeze. Aracyaliho. Naho ibya Joseph Gitera Se-Repubulika bibazwe Abasangirangendo.]. C’était « Ijwi lya Rubanda rugufi » et non « Ijwi ly’Abahutu ».

En bref, c’est seulement en date du 27 mai 1958 que Joseph Gitera Se-Republika, qui la sollicitait depuis plusieurs années, a enfin obtenu l’autorisation de publier un bulletin de nouvelles. Voici la teneur du courrier reçu : « Monsieur, j’ai l’honneur de vous faire savoir que, par ordonnance n° 05/204 du 19 mai 1958, je vous ai autorisé à publier au Congo belge et Ruanda-Urundi, un bulletin de nouvelles intitulé « Ijwi lya Rubanda rugufi », ayant pour but d’informer la population autochtone du Ruanda des divers travaux réalisés et à réaliser par l’APROSOMA (Association pour la promotion sociale de la masse). Je vous prie de me faire parvenir deux spécimens de cette publication. Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de ma considération très distinguée. Pour le gouverneur général, l’administrateur en chef de la sureté, François Vandewalle ».

Depuis lors, comme convenu, tous les écrits de Joseph Gitera Se-Republika et tous les rapports des meetings que dirigeait Joseph Gitera Se-Republika étaient absolument consignés dans ce bulletin et deux exemplaires du bulletin étaient obligatoirement envoyés à l’administrateur en chef de la sureté du gouvernorat général du Congo belge et Ruanda-Urundi. C’est ainsi que l’Histoire du Rwanda possède tous les écrits historiques de Joseph Gitera Se-Republika et de Grégoire Kayibanda Se-Bwigenge. Aucun ne manque.

Or, en exploitant très attentivement, un par un, l’ensemble de tous les documents en question, je n’ai jamais vu le prétendu document relatif ‘’aux dix commandements des Hutu’’ que Joseph Gitera Se-Republika eût édictés.

En conséquence, je vous défie, monsieur le ministre, d’apporter les preuves matérielles de l’existence du document dont il s’agit, à savoir: la date de publication, le n° du bulletin « Ijwi lya Rubanda rugufi » dans lequel il eût été publié ainsi que les pages précises. Le fait est que, -conformément à l’ordonnance n° 05/204 du 19 mai 1958 ci-haut citée-, tous les écrits sociopolitiques de Joseph Gitera Se-Republika étaient nécessairement publiés dans le bulletin approprié « Ijwi lya Rubanda rugufi ». C’était justement la raison d’être et le fondement légal de ce bulletin. Par ailleurs, étant donné que cette affaire relève de l’Histoire politique et sociale du Rwanda contemporain, les preuves matérielles exigées doivent être très solides, observables, prouvables et vérifiables.

C’est donc à vous, monsieur le ministre, qui avez lancé publiquement cette très fausse affirmation, de scanner et de publier un exemplaire du bulletin-source original concerné d’« Ijwi lya Rubanda rugufi » et ce endéans trois mois.

Pour lors, si, en date du 04 janvier 2016, cela n’est pas encore fait, je serai bien obligé de rétablir la vérité historique des faits, de dénoncer publiquement votre escroquerie politique par « le faux et usage de faux » et de blesser grièvement votre patron [= Shobuja], en l’occurrence Paul Kagame Rwabujindili, qui a eu l’idée pan-hima-tutsiste de nommer ministre de l’Administration locale et des Affaires sociales (MINALOC) un individu aussi incompétent que vous et en plus, mal barré dans un caractère nerveux étroit [=Akaministiri k’agaswa gusa !].

Agréez, je vous en prie, monsieur le ministre, l’assurance de ma considération très distinguée.

Mwalimu MUREME Kubwimana,

Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais [= M.C.R. (= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes)]

CACHET MCR

 

Copie pour information à :

  • Monsieur Paul Kagame Rwabujindili, président de la République du Rwanda, C /o Monsieur l’ambassadeur du Rwanda en France, 12, Rue Jadin, 75 017 PARIS
  • Monsieur Paul Kagame Rwabujindili, président du FPR-Inkotanyi, C /o Monsieur l’ambassadeur du Rwanda en France, 12, Rue Jadin, 75 017 PARIS
  • Monsieur Anastase Murekezi, Premier ministre de la République du Rwanda, C /o Monsieur l’ambassadeur du Rwanda en France, 12, Rue Jadin, 75 017 PARIS

Pièces jointes :

https://www.youtube.com/watch?v=-ycFAWVrn1Y#t=302

L’ESCROQUERIE POLITIQUE DU MINISTRE FRANCIS KABONEKA PAR « LE FAUX ET USAGE DE FAUX » PDF