Archives pour l'étiquette etude

Rwanda – Burundi – ONU : Étude du désarroi et de la diversion impudente de l’État voyou rwandais face au bien-fondé des critiques des États-Unis d’Amérique, des accusations du Burundi et de la RD-Congo, et des exigences du M.C.R. [= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes].

PP MUREME 26072014

 

Mwalimu MUREME Kubwimana,

Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais [= M.C.R. (= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes)]

Pour commander ses livres : prière de bien vouloir vous adresser à l’Harmattan http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&sr=7

A. Introduction

En date du 16 février 2016, le Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais [M.C.R. (= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes)] a adressé au Conseil de Sécurité de l’ONU une lettre ouverte historique, le sollicitant de bien vouloir étudier la situation qui règne au Rwanda, à laquelle lettre ouverte historique étaient dûment annexés plusieurs documents décortiquant le paradoxe des anciennes colonies belges et condamnant scientifiquement le Totalitarisme moderne pan-hima-tutsiste rwandais ou l’auto colonisation pan-hima-tutsiste rwandaise.

Dans des lettres rendues publiques mercredi 17 février 2016, le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) ont demandé au Conseil de sécurité des Nations unies de rappeler à l’ordre le Rwanda, accusé de recruter des réfugiés burundais pour déstabiliser le Burundi. L’ambassadeur burundais Albert Shingiro a réclamé une réunion d’urgence du Conseil afin de « prendre des mesures appropriées » pour s’assurer que Kigali ne cherche pas à déstabiliser le Burundi. Dans une autre lettre au Conseil, l’ambassadeur de RDC Ignace Gata Mavita demande, lui, « d’inviter le Rwanda à respecter (ses) engagements internationaux et à arrêter sans délai ces recrutements et toutes les opérations qui s’en suivent ». Le Conseil doit « condamner sans atermoiements ce comportement » de Kigali, ajoute la lettre.

Suite à ces demandes et à divers autres faits trouvables notamment au site web http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/ , sous la présidence du représentant permanent de l’Angola auprès de l’ONU, Ismael Gaspar Martins, le Conseil de Sécurité de l’ONU s’est réuni à New York en date du 21 mars 2016 pour étudier la situation qui régnait dans la région africaine des grands lacs. Là alors, il s’est passé une querelle inattendue entre d’une part la représentante des États-Unis d’Amérique, en l’occurrence l’ambassadrice Samantha Power et d’autre part, le représentant de l’État voyou rwandais, en l’occurrence l’ambassadeur Eugène-Richard Gasana.

Le présent article a pour but d’étudier cet évènement historique qui est, en fait, le produit de toute une histoire et bien entendu, la cause de la cause de plusieurs effets induits. Son étude demande d’abord une analyse de ses caractères, ensuite une analyse de ses multiples explications et enfin, une mise en perspective à court, moyen et long terme. En un mot, on doit en expliquer les causes sans pour autant remonter trop loin dans le temps, en caractériser les traits généraux et en montrer la portée. Pour cela, au départ, une série de questions se posent tout de suite. Comment cet évènement a-t-il pu se produire ? Comment s’est-il déroulé ? Quels sont ses caractères particuliers ? Quelles sont ses conséquences ?

Pour lors, le présent article se structure comme suit :

  • Introduction
  • Comment cette querelle rwando-américaine s’est-elle déroulée ?
  • Analyse politique du discours de l’ambassadeur Eugène-Richard Gasana
  • Analyse des multiples explications des critiques américaines inattendues
  • Portée et conséquences des critiques américaines inattendues
  • Conclusion

B. Comment cette querelle rwando-américaine s’est-elle déroulée ?

Continuer la lecture de Rwanda – Burundi – ONU : Étude du désarroi et de la diversion impudente de l’État voyou rwandais face au bien-fondé des critiques des États-Unis d’Amérique, des accusations du Burundi et de la RD-Congo, et des exigences du M.C.R. [= Abasangirangendo : les Centristes Gitéristes-Kayibandistes].

Rwanda – Étude du péri-modèle pan-hima-tutsiste : pratiqué par les soutiens étrangers, -surtout occidentaux-, de la société extrémiste tutsi rwandaise.

En savoir plus sur :

http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/rwanda-vient-de-paraitre-cours-dintroduction-generale-aux-sciences-historiques-rwandaises-du-mwalimu-mureme-kubwimana-edition-sciporwa-rouen-janvier-2017-294-pages/

Manifeste scientifique du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais (= M.C.R.) ou étude et promotion scientifique du Gitérisme-Kayibandisme (= Urukâzîra-murage wa Gitera na Kayibanda) [Livret de membre]

MANIFESTE SCIENTIFIQUE DU M.C.R. [ABASANGIRANGENDO = LES CENTRISTES GITERISTES-KAYIBANDISTES]

Sur base de la Théorie de la spirale de la violence rwandaise dite la spirale R&N (Mureme, 2013) ;

Considérant le traumatisme de la société rwandaise et le Mal-développement rwandais ;

Étant donné que, preuves économétrique à l’appui, depuis le 05 juillet 1973, on a, au Rwanda, une croissance économique (= iyongera-bukûngu) sans développement économique (= itunga n’itunganirwa) et que cette croissance économique rwandaise, qui n’est pas une croissance économique moderne, n’a profité qu’à l’Akazu, à l’Igiti et consorts (= Abanyarugomo) ;

Vu que la société rwandaise est une société totalement épuisée par le totalitarisme moderne « Akazu » et « Igiti » et que le Habyalimanisme (= l’Akazu) et le Rwâkagârisme (= l’Igiti) ne sont pas des projets de société, mais plutôt des non-sociétés, des contre-sociétés et de l’auto-colonisation ;

Eu égard à la modernisation de l’institution d’Ubukonde par le régime Akazu (= la petite maison du Bushiru et ses alliés Abase divers) et de l’institution d’Ubuhake par le régime Igiti (= la noblesse tutsie moderne faction Abâkagâra) ;

Compte tenu de la défectuosité des ressorts et du moteur de la société rwandaise ;

Il ressort de tout cela que sans transformation profonde de la société rwandaise, même l’espoir du développement économique, social et culturel du Rwanda est tout à fait chimérique. Pour lors, il est absolument nécessaire de bâtir un grand projet de société rwandaise, en l’occurrence le 5ème projet de société rwandaise depuis les origines du Rwanda. Par projet de société rwandaise, on entend un projet généré par un courant idéologique susceptible de renforcer l’âme du peuple rwandais, de réanimer le peuple rwandais, de le redresser et de le rendre plus fort que jamais. Or, il se révèle, enfin, que ce projet de société rwandaise ne peut être que le Centrisme révolutionnaire rwandais ou le point culminant de l’étude et de la promotion scientifique du Gitérisme-Kayibandisme. Le Centrisme révolutionnaire rwandais ou le Centrisme Gitériste-Kayibandiste signifie ce courant idéologique c’est-à-dire le « Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais (= MCR)»

Continuer la lecture de Manifeste scientifique du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais (= M.C.R.) ou étude et promotion scientifique du Gitérisme-Kayibandisme (= Urukâzîra-murage wa Gitera na Kayibanda) [Livret de membre]