Archives par mot-clé : modele akazu

Rwanda : Description des principaux modèles d’Histoire du Rwanda : le modèle Akazu, pratiqué par les Habyalimanistes [= les FDLR, les FDU-Inkingi et consorts]

En savoir plus sur :

http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/rwanda-vient-de-paraitre-cours-dintroduction-generale-aux-sciences-historiques-rwandaises-du-mwalimu-mureme-kubwimana-edition-sciporwa-rouen-janvier-2017-294-pages/

Une gigantesque manipulation du modèle Akazu libellée : « Le parcours des camarades du 05 juillet 1973 dans la nuit du 04 au 05 juillet 1973 »

PP2013

Mwalimu MUREME Kubwimana,                                                                                                      Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais,                                                               Centriste Gitériste-Kayibandiste,                                                                                                  Représentant du modèle « Mgr Alexis Kagame et Mureme »

On lit au site http://jkanya.free.fr/ la version N° 1 et au site http://www.editions-sources-du-nil.com/article-rwanda-le-parcours-des-camarades-du-5-juillet-dans-la-nuit-du-4-au-5-juillet-1973-122539793.html la version N° 2 d’un même article, intitulé « Le parcours des « camarades du 5 juillet » dans la nuit du 4 au 5 juillet 1973 » et écrit à la même date du 13 février 2014 par le même auteur, en l’occurrence Eugène Shimamungu. Outre la contradiction manifeste qu’il y a entre les deux versions, concernant le camarade Épimaque Ruhashya, -première preuve de mensonges-, tout l’article dont il s’agit est fondamentalement faux. Le but de cet article est d’avancer ce qui suit : « La responsabilité du coup d’état du 5 juillet 1973 ne peut être mise sur le dos, ni d’Alexis Kanyarengwe, ni d’Aloys Nsekalije, ni de Théoneste Lizinde, ni de quiconque d’autre, mais à son maître d’œuvre Juvénal Habyalimana : il l’a décidé et contrôlé l’opération de bout en bout, sans effusion de sang, en tout cas cette nuit-là. Rendons donc à César ce qui est à César ».

L’idée directrice de l’auteur est de mythifier Juvénal Habyalimana Rutemayeze. C’est un enjolivement du portrait. Tout se fait sous le nom de Habyalimana. C’est lui seul qui agit, tandis que les officiers supérieurs qui y ont joué un rôle déterminant ne sont même pas mentionnés. Habyalimana est le seul acteur. C’est un Hercule. Ses faits et gestes sont excessivement agrandis et trop embellis. Ce que le docteur en langage littéraire, Eugène Shimamungu, est entrain de nous faire là est une littérature qu’on appelle la littérature du merveilleux. Ce sont des mensonges. Il n’y a ni sincérité, ni exactitude. Tous les hauts faits sont attribués à Juvénal Habyalimana Rutemayeze et, sous entendu, tous les crimes sont attribués à Lizinde. C’est absolument faux. Juvénal Habyalimana Rutemayeze n’était pas seul dans « les prétendus hauts faits » et il n’était pas absent dans les crimes. Il ne faut donc pas prendre à la lettre ces racontars du modèle Akazu.

Le présent article a pour but de rétablir la vérité. On ne peut pas laisser continuer à traîner à gauche et à droite des contrevérités insoutenables. On se doit d’éclairer le public et de dissiper ce brouillard épais expréssément créé pour désinformer et manipuler.  

Continuer la lecture de Une gigantesque manipulation du modèle Akazu libellée : « Le parcours des camarades du 05 juillet 1973 dans la nuit du 04 au 05 juillet 1973 »