Archives pour l'étiquette non

Le 01 juillet, date commémorative du recouvrement de l’Indépendance du Rwanda : c’est un recouvrement de l’Indépendance et non une accession à l’Indépendance.

PP2013

Mwalimu Mureme Kubwimana, Statisticien-historien-économiste et politologue rwandais, Promoteur scientifique et coordonnateur général du Mouvement Centriste Révolutionnaire rwandais M.C.R. [= Abasangirangendo: Les Centristes Gitéristes-Kayibandistes]                                                                    

Pour commander ses livres : utiliser le formulaire de contact du site web http://sciencespolitiquesrwandaises.fr/

A. Introduction

La date du 01 juillet est une date extrêmement importante dans l’Histoire du peuple rwandais. C’est la date commémorative du recouvrement de l’Indépendance du Rwanda. On dit bien recouvrement de l’Indépendance et non une accession à l’Indépendance. Cependant, cette date n’intéresse que les politologues et les politiques rwandais civils et laïcs, non Banyakazu et non Banyegisuti.

Il est tout de suite à bien noter que par Akazu, on entend le Habyalimanisme et par Banyakazu, l’ensemble des Habyalimanistes et de leurs alliés divers dits « Abase b’Abanyakazu ». Par Igisuti, on entend la noblesse tutsie moderne faction Abâkagâra et par Banyegisuti, l’ensemble des nobles Tutsi Bêga Bâkagâra et leurs alliés divers dits « Ibibânda », sachant que tous les Tutsi Bêga ou autres Ibibânda ne sont pas forcément des nobles Tutsis. Le présent article a pour but de savoir le pourquoi de ce fait singulier et d’expliquer ce phénomène politique collectif rwandais. Pour ce faire, il importe d’expliquer la résolution 1746 (XVI) des Nations unies, le recouvrement de l’indépendance, le néocolonialisme belge et de tirer le bilan du colonialisme et du néocolonialisme belge. Pour lors, il sied tout de même de réfléchir un peu sur le protectorat moderne américain.

Continuer la lecture de Le 01 juillet, date commémorative du recouvrement de l’Indépendance du Rwanda : c’est un recouvrement de l’Indépendance et non une accession à l’Indépendance.

Burundi : Le premier Vice-président Sindimwo Gaston répond à la polémique sur propos lors de la marche « Stop MAPROBU »: « Le Roi du Burundi veut dire sa Constitution et non le président de la République »

En savoir plus sur :

Le montage grossier des polémistes, Désiré Hatungimana et consorts : https://soundcloud.com/journ-burundi/sindimwo-gaston-1er-vp-illegitime-suicidez-vous-ou-fuyez-le-burundi

La vraie signification du discours prononcé par le premier Vice-président Gaston Sindimwo : https://twitter.com/Sindimwo_G/status/681054320629039104/photo/1

Note du Site (= NDS) :

Désiré Hatungimana est un ignare, un piètre journaliste, un colérique polémiste, un gribouille extrêmement dangereux, mal intentionné, de mauvaise foi, borné et pourri.

Il est à faire remarquer que les Sindumuja sont de mauvaise foi. Il faut s’y attendre. Ils n’interpréteront jamais rien bien et ne traduiront jamais rien bien du Kirundi vers le français. Ils ne veulent qu’une chose, c’est le retour au pouvoir du Pan-Hima-Tutsisme d’obédience néo-colonialiste belge. Face aux Banyegisuti en général, il faut être extrêmement déterminé. C’est une lutte politique de très longue haleine qu’ils perdront totalement et définitivement.

Voilà la preuve que le conflit burundais est un conflit politique et social endogène concrétisé, exacerbé par le Néo-colonialiste belge. Même les Tutsi centristes non pan-hima-tutsistes sont combattus par le Pan-Hima-Tutsisme. Gaston Sindimwo est lui-même Tutsi. Donc, la MAPROBU est vraiment un non sens. Il est erroné de parler de conflit ethnique ou de risque de génocide des Tutsi. Le génocide des Tutsi est instrumentalisé à outrance.

Tant qu’il y aura, au pouvoir au Rwanda, le tyran militaire sanguinaire Pan-Hima-Tutsiste Paul Kagamé Rwabujindili, il n’y aura pas la paix sur le Plateau africain des grands lacs en général, au Rwanda et au Burundi en particulier.

Burundi – CNDD-FDD: Le ministre belge des Relations extérieures Monsieur Didier Reynders a demandé aux Belges de plier bagages et de rentrer chez eux mais l’ambassade de Belgique au Burundi dit non

En savoir plus sur :

http://burundi-24.com/burundi/cndd-fdd-le-ministre-belge-des-relations-ext%C3%A9rieures-monsieur-didier-reynders-demand%C3%A9-aux