Archives par mot-clé : tome 2

Rwanda – Vient de paraître : « MUREME Kubwimana, Cours d’Histoire du Rwanda à l’Époque coloniale, Tome 2, Colonisation belgo-Hima-Tutsi, Édition SCIPORWA, Rouen, octobre 2018, (410 pages) »

En savoir plus sur :

FEUILLE DE PUBLICITE DU COURS D’HISTOIRE DU RWANDA A L’EPOQUE COLONIALE TOME 2

Mureme Kubwimana, Bonaventure, Manuel de Sociologie politique rwandaise approfondie [Tome 2: La Spirale de la violence rwandaise], l’Harmattan, Paris, février 2014, 648 pages

Ce manuel de Sociologie politique rwandaise approfondie (Intekerezo II) fait suite aux manuels d’Histoire du Rwanda (Amateka) déjà parus en quatre ouvrages. Celui-ci est subdivisé en deux tomes.

Ce second volume condamne scientifiquement les trois principaux responsables du chaos rwandais à savoir, dans l’ordre décroissant : le colonisateur belge « le monstre N°1 », la noblesse tutsie moderne faction Abâkagara (Igiti cy’Abâkagâra en abrégé l’Igiti) « le monstre N° 2 » et l’Akazu « le monstre N° 3 ». La violence rwandaise contemporaine est constituée à 86.69 % de la violence colonialiste belge, à 10.27 % du totalitarisme moderne, à 1.41 % de la violence traditionnelle et à 1.63 % de la violence congénitale innée. C’est le néo-colonialisme belge qui a généré le totalitarisme moderne rwandais. L’armée mono-régionale Kiga, l’Akazu et Juvénal Habyalimana Rutemayeze sont des créatures du colonialisme belge. L’Igiti en est une conséquence directe et logique. Après l’assassinat de Grégoire Kayibanda et de son épouse, et l’extermination des politiques et des officiers Banyenduga par l’Akazu, aucun changement politique n’était plus possible par des moyens démocratiques. Il fallait donc, à tout prix, détruire le régime tyrannique et totalitaire « Akazu ». Mais hélas, à cause de l’Igiti, le Rwanda va de nouveau tout droit vers une nouvelle catastrophe nationale. Outre son illégitimité, le FPR ne veut rien partager avec personne. Il faut donc démolir l’Akazu et l’Igiti, puis relancer la Deuxième Révolution rwandaise. Or, l’opposition politique rwandaise manque de force. Comme en 1991-1994, mal organisée, elle est à la fois sabotée par l’Akazu et par l’Igiti. Il faudrait donc d’abord détruire la volonté politique des Habyalimanistes de retourner au pouvoir et les marginaliser. Cet ouvrage est le cri tous azimuts du peuple rwandais opprimé. Nous sommes tous la même Humanité. Nous espérons que la Belgique contemporaine comprendra qu’entre amis, il faut se dire des vérités, avouer, puis tourner la page. La Belgique contemporaine semble revenir à la raison. Les Belges faux et irrécupérables comptent surtout parmi ceux qui se disent « les anciens du Rwanda ». Ces démons ont délibérément enfoncé notre pays dans la misère et le chaos. Heureusement, ils ne représentent plus la Belgique. Le néo-colonialisme belge est un phénomène privé et informel.

Continuer la lecture de Mureme Kubwimana, Bonaventure, Manuel de Sociologie politique rwandaise approfondie [Tome 2: La Spirale de la violence rwandaise], l’Harmattan, Paris, février 2014, 648 pages

Manuel d’Histoire politique et sociale du Rwanda contemporain Tome 2

logo_4

Ce  manuel  est  la  suite  du  Manuel  d’histoire  du  Rwanda  à  l’époque coloniale.Il  relate  et  analyse  les  mobiles,  les  causes,  les  facteurs,  les variables qualitatives explicatives, les effets induits directs et indirects et lesconséquences  de  l’abolition  de  la  noblesse  séculaire  tutsie  en  1959 et  duretour  en  force  en  1994  de  la  noblesse  tutsie  moderne  faction  Abâkagâra

(Mpatsabanyarwanda  y’Igiti  cy’Abâkagâra).  Il  étudie  la  partie contemporaine    à  partir  du  25  avril  1949    de  la  spirale  de  la  violence Rwandaise qui date du xve siècle. Il dégage la part respectivement imputableaux principaux responsables du chaos rwandais (Abanyarugomo  bishe  U-Rwanda),  à  savoir  dans  l’ordre  décroissant  le colonisateur  belge  (le  monstre  n°1),  la  noblesse  tutsie  faction  Abâkagâra(n°2),  les  Habyalimanistes,  c’est-à-dire  les  Banyakazu  et  leurs  Abase  (les alliés, le monstre n°3) et la noblesse tutsie faction Mwami (n°4). Par contre,

preuves  matérielles  à  l’appui,  il  constate  que,  en  fin  de  compte,  la responsabilité du MDR-PARMEHUTU est peu considérable ; que celle de l’ONU et celle de l’Église catholique sont négligeables et qu’enfin celle de la  communauté  d’intersection  communautaire  rwandaise  (APROSOMA,RADER,  etc.)  est  insignifiante.  Pour  des  raisons  pratiques,  ce  manuel  est

subdivisé en deux tomes.

Celui-ci en est le deuxième et traite l’histoire politique et sociale du Rwanda contemporain allant ducoup d’État militaire  du  5  juillet  1973  au  génocide  rwandais.  Pour  lors,  il  analyse  rigoureusement  la  tyrannie  militaire sanguinaire  de  l’Akazu  menée  par Juvénal  Habyalimana  Rutemayeze  (signifiant  un  auteur  d’un  coup  d’État), puis celle du Front patriotique rwandais (FPR,  Inkotanyi), qui, au départ, était une coalition régionale africaine des  forces  armées  himatutsies  contre  l’Akazu.  La  tyrannie  de  l’Akazu  s’explique  par  le  totalitarisme  et  la monopolisation régionale kiga de l’armée et de l’armement. Celle du FPR s’explique par le totalitarisme et lamonopolisation tribale tutsie de l’armée et de l’armement. En somme, pour mettre l’Akazu hors d’état de nuire, il s’est imposé une guerre qui a apporté une autre tyrannie pire dite l’Igiti.

Continuer la lecture de Manuel d’Histoire politique et sociale du Rwanda contemporain Tome 2